MONTRÉAL — Voici les cinq moments marquants du match entre le Canadien de Montréal et les Penguins de Pittsburgh, samedi, au PPG Paints Arena:

Un jeu parfait

Même si les Penguins ont multiplié les assauts sur le filet de Carey Price en début de rencontre, c’est le Canadien qui a ouvert la marque grâce à un jeu de passes absolument parfait. Alexander Radulov a remis le disque à Shea Weber en entrée de zone et le défenseur a croisé le chemin du Russe. Weber a ensuite fait la passe en retrait à Paul Byron et ce dernier a rejoint Radulov grâce à une passe transversale. Le gardien Marc-André Fleury a été pris à court sur la séquence et Radulov l’a déjoué à l’aide d’un tir sur réception. Il s’agissait pour Radulov d’un deuxième but en trois matchs, après qu’il eut connu une disette de six rencontres.

Carey Price, le jongleur

Les Penguins ont obtenu trois avantages numériques en première période, mais même s’ils représentaient la quatrième meilleure attaque à cinq de la LNH avant les matchs de samedi, ils ont été incapables d’en profiter. Carey Price a eu son mot à dire au premier vingt et il a réussi son plus bel arrêt à Conor Sheary. Chris Kunitz a rejoint Sheary dans l’enclave à partir de l’arrière du filet. Price, avec les patins sur sa ligne des buts, a sorti le bouclier au dernier moment pour faire l’arrêt. La rondelle a rebondi dangereusement près de lui et il a dû donner un deuxième coup de bouclier pour l’envoyer par-dessus son filet.

Le Canadien dans la tempête

Les Penguins ont souvent déséquilibré le Tricolore grâce à sa vitesse pendant la première moitié du match et c’est sur une séquence à deux contre un après une transition rapide qu’ils ont créé l’égalité après seulement 67 secondes de jeu en deuxième période. Evgeni Malkin a rejoint Patric Hornqvist d’une passe parfaite évitant le défenseur Shea Weber, étendu de tout son long sur la glace. Un peu plus de trois minutes plus tard, le défenseur Ryan Johnston a été pris de vitesse par Phil Kessel et l’attaquant des Penguins a déjoué Carey Price en étant patient et en tirant du revers.

Byron… qui d’autre!

Devant un déficit de 2-1, le Canadien a tranquillement renversé la vapeur. Et c’est finalement Paul Byron qui a nivelé la marque avec 39 secondes à faire au deuxième vingt. Il a habilement dévié un tir de la pointe de Jeff Petry. Byron avait déjà fracassé son sommet personnel en récoltant un 22e point sur le but de Radulov. Ce but était son 12e cette saison, également un nouveau record pour lui. Byron avait amassé 21 points en 47 matchs en 2013-14 avec les Flames de Calgary et il avait inscrit 11 buts en 62 matchs avec le Canadien la saison dernière. Le sympathique Franco-Ontarien a battu ces deux marques personnelles en 37 parties cette saison.

Le dernier mot à Malkin

Brian Flynn a joué de chance pour donner les devants 3-2 au Canadien tôt en troisième période, mais le reste de la période a été l’affaire des deux gardiens… jusqu’à ce que le tir de Justin Schultz dévie sur Conor Sheary avec 55 secondes à faire. Une bête punition contre le Canadien pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire a permis aux Penguins d’obtenir un avantage numérique en prolongation. Les Penguins n’en demandaient pas autant. Evgeni Malkin a mis fin au match en décochant un puissant tir sur réception qui a battu Carey Price du côté de la mitaine.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!