MONTRÉAL — Le comité organisateur du Championnat mondial junior a décidé de revoir à la baisse le prix de certains billets en vue du match de demi-finale entre le Canada et la Suède, qui sera disputé mercredi au Centre Bell.

Les billets les plus abordables dans la section bleue se vendaient à 82,50$ en matinée et le prix a été réduit à 52,50$ au cours de la journée. Un peu plus bas, dans les bancs gris et blancs, les amateurs pourront payer 40$ de moins qu’en matinée, soit 57,50$.

Le prix des autres sièges — dans la zone Desjardins et dans les rouges — est demeuré le même et varie entre 117,50$ et 202,50$.

«C’est comme dans n’importe quelle autre entreprise, on avait un inventaire de disponible et on a décidé de baisser les prix pour permettre à plus de partisans d’assister au Championnat», a expliqué le directeur du tournoi, Denis Hainault, en entrevue avec La Presse canadienne.

Il faut dire que la foule dégarnie de 10 215 personnes pour la rencontre de quarts de finale entre le Canada et la République tchèque a fait beaucoup réagir, notamment sur les réseaux sociaux. Il s’agissait de la plus petite foule du tournoi pour un match impliquant les favoris, qui ont amorcé le Mondial junior au Centre Air Canada de Toronto.

Des journalistes étrangers se sont aussi dits surpris du faible engouement généré par l’arrivée de la formation canadienne à Montréal.

«Évidemment, 10 000 personnes pour le match de quarts de finale, c’était intéressant, mais dans un amphithéâtre comme le Centre Bell, ça laisse quand même 12 000 places à remplir», a ajouté Hainault.

La revente en cause?

Sans conclure que les sites de revente étaient la principale cause des problèmes relatifs à la vente des billets, il semble que ce soit une des avenues qui seront analysées par le comité organisateur. En fin de soirée mardi, des billets étaient disponibles pour environ 50$ américains sur le populaire site Stubhub.

«Les marchés secondaires, c’est sûr que ç’a un impact sur notre façon de gérer», a expliqué Hainault en évoquant aussi la saturation du marché torontois et l’intérêt des deux mêmes villes à recevoir le tournoi deux fois en trois ans.

«Ç’a été une certaine surprise pour nous, mais c’est une expérience d’apprentissage pour Hockey Canada et pour l’organisation du Championnat mondial. C’est un marché qui évolue et qui change. On comprend beaucoup mieux comment ça fonctionne maintenant.»

Pour le match entre le Canada et la Suède, Hainault s’attend à ce que la foule se chiffre autour de 18 000 personnes, un total qui avait été atteint en 2015 pour le match du 31 décembre entre le Canada et les États-Unis à Montréal. Déjà 12 000 billets auraient trouvé preneur pour la finale, qui se tiendra jeudi.

Les assistances avaient aussi été décevantes en 2015 alors que le Canada avait disputé la ronde préliminaire à Montréal avant de se rendre à Toronto pour le tour éliminatoire. Cette année, le comité organisateur avait décidé de baisser le prix moyen des billets de 30 pour cent par rapport à la dernière édition présentée en sol canadien.

Aussi dans Sports :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!