MONTRÉAL — Marianne St-Gelais et Charle Cournoyer ont repris là où ils avaient laissé vendredi lors des Championnats canadiens seniors de patinage de vitesse sur courte piste à Montréal.

St-Gelais, de Saint-Félicien, et Cournoyer, de Boucherville, ont remporté les honneurs des épreuves de 500 mètres à l’aréna Maurice-Richard samedi.

Chez les hommes, Cournoyer a devancé ses compatriotes québécois Charles Hamelin et Pascal Dion.

Cette épreuve a été présentée à deux reprises puisque, lors de la première course, l’arbitre en chef de la compétition a arrêté l’épreuve avec un quart de tour à faire lorsque Hamelin et Dion ont chuté, alors qu’ils menaient la course. Samuel Bélanger-Marceau et Cournoyer avaient alors respectivement terminé premier et deuxième.

Ce règlement de l’International Skating Union (ISU), peu souvent appliqué, a été adopté il y a quelques années et vise à protéger ceux en tête.

«J’ai vraiment bien patiné dans chacune des rondes, a analysé Cournoyer.

«Lors de la première finale, j’ai manqué mon départ. Ça m’avait mis en désavantage et en rattrapage de vitesse, et j’étais dépassé par tout le monde. Cette course-là m’a beaucoup frustré.»

Cournoyer s’est toutefois racheté à la reprise.

«Personne n’avait de jambes pour patiner vite et j’ai gagné, a relaté Cournoyer. De mon côté, j’avais des jambes car je suis un gars d’endurance et j’ai été gagnant dans cette situation-là. Au lieu de terminer deuxième, j’ai fini premier.»

Fatigué après le premier 500 mètres, Hamelin a cherché à rester prudent lors du deuxième.

«Lors de la deuxième course, j’ai voulu garder ma place et ne pas jouer avec le feu, a ajouté Charles Hamelin. Mes jambes étaient moins là aussi. Je savais que Charle aurait des jambes tout le long. J’ai donc voulu prendre une approche conservatrice et garder mes points de la deuxième place.»

Selon Dion, la chute lors de la première course est attribuable à un morceau de lame resté sur la glace.

«Au départ, Samuel Bélanger-Marceau a brisé sa lame et le hasard a fait que c’est dans le dernier tour, quand je voulais dépasser Charles, que j’ai mis mon pied sur le bout de métal, ce qui a provoqué ma chute, a-t-il expliqué.

«Je suis quand même vraiment satisfait de ma journée. Ç’a mal commencé hier alors que j’ai été malchanceux avec ma disqualification. Je voulais vraiment me reprendre aujourd’hui car je sais que je peux faire mieux. Je voulais faire une finale A au 500 mètres. J’y allais par la suite pour la victoire, mais ç’a mal viré.»

St-Gelais toujours invaincue

Pour sa part, St-Gelais a remporté son huitième titre canadien au cours des trois dernières années.

St-Gelais a mené la finale de bout en bout pour compléter l’épreuve devant Jamie Macdonald de Fort St. James, en Colombie-Britannique.

Cette dernière a dépassé la Québécoise Kim Boutin dans le dernier tour pour mériter l’argent.

«On parle beaucoup de mes victoires au cours des trois dernières années, mais en fin de semaine, c’est un gros championnat canadien pour moi, a soutenu St-Gelais. Non seulement en terme de calibre — c’est une des premières fois où c’est aussi serré entre moi et mes opposantes —, mais aussi parce que je pense beaucoup à ce qui va arriver, notamment avec les Championnats du monde et les Jeux olympiques. J’ai un peu de stress et je sens cette pression.»

Macdonald a pour sa part été patiente, attendant le bon moment pour attaquer.

«C’était une course rapide. Je savais depuis le début que je serais probablement en troisième position. Je voulais donc conserver cette place et attendre l’ouverture quand elle se produirait», a dit Macdonald.

«J’ai fait une erreur, a pour sa part reconnu Boutin. Je me préparais pour faire une tentative de dépassement sur Marianne, mais je n’ai jamais pensé à protéger ma deuxième place. Jamie a fait un super beau dépassement. Je suis satisfaite de ma journée, mais pas de ma course.»

Dimanche, dernière journée des compétitions, les épreuves de 1000 mètres et de 3000 mètres seront à l’horaire.

Aussi dans Sports :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!