Archives

Bombardier Transport a remporté le contrat de 331M$ pour l’opération et l’entretien des trains de banlieue de l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

La filiale de l’entreprise montréalaise veillera ainsi au bon fonctionnement des 264 voitures et des 41 locomotives de l’agence gouvernementale au cours des huit prochaines années, en plus de coordonner le service sur les six lignes de train de banlieue. Une option de prolongement de deux ans est comprise au contrat.

«On est en terrain connu, a souligné mardi le porte-parole de Bombardier Transport, Marc-André Lefebvre. Ce sont nos véhicules. Mis à part une vingtaine de locomotives, on parle de l’ensemble des véhicules de l’AMT qui ont été fabriqués par Bombardier.»

Bombardier Transport opère et entretient déjà les trains du service Go Transit, à Toronto, et du West Coast Express, à Vancouver, en plus d’assurer leur entretien.

Le contrat liant l’AMT à Bombardier Transport prévoit que l’entreprise prendra en charge l’exploitation des trains le 1er juillet prochain. Elle est déjà responsable de l’entretien de la flotte de trains et ce, depuis 2010.

D’ici le mois de juillet, Bombardier Transport embauchera la main d’œuvre nécessaire pour respecter ses engagements contractuels. Son porte-parole n’a pas été en mesure de dire si les services des chauffeurs qui conduisent en ce moment les trains de l’AMT seront retenus. «C’est ce que nous sommes en train de regarder en ce moment», a dit M. Lefebvre.

D’importants changements à venir
Pendant la durée du contrat, d’importants changements auront lieu dans le réseau de transport en commun de la région métropolitaine. L’AMT sera abolie pour être remplacée par une nouvelle structure, le Réseau de transport métropolitain. Le contrat entre l’AMT et Bombardier Transport a prévu la poursuite des activités d’exploitation et d’entretien des trains avec l’avènement de la nouvelle gouvernance, a assuré Marc-André Lefebvre.

Le Réseau électrique métropolitain (REM) doit aussi être mis en service en 2020, ce qui ferait en sorte que Bombardier Transport n’aurait plus à entretenir et opérer les trains sur la ligne Deux-Montagnes et une partie de la ligne Mascouche. «L’AMT a pris en compte l’arrivée probable du REM dans la rédaction du contrat, a précisé sa porte-parole Fanie Clément Saint-Pierre. Certaines clauses sont rédigées de telle façon qu’advenant une réduction de service par exemple, on pourrait renégocier les coûts associés au contrat.»

Des économies?
Il y a près d’un an, l’AMT avait décidé de combiner les activités d’opération et d’entretien des trains dans l’espoir de réaliser des économies. Sa porte-parole n’a pas précisé dans quelle mesure l’agence avait réussi à réduire ses dépenses. «On fait toujours une évaluation de nos capacités financières et ce contrat répondait à nos besoins», s’est-elle contenté d’affirmer.

Présentement, c’est le Canadian Pacific qui est en charge des opérations des trains de banlieue sur les lignes Vaudreuil-Hudson, Candiac, et Saint-Jérôme. Le Canadien National (CN) est quant à lui responsable de la conduite des trains sur les lignes Deux-Montagnes, Mont-Saint-Hilaire et Mascouche. Les deux transporteurs ferroviaires ont manifesté leur volonté de ne pas renouveler leur contrat avec l’agence gouvernementale.

Même s’ils cesseront d’opérer les trains de banlieue au cours des prochains mois, le CN et le CP demeureront en contact avec l’AMT puisqu’une partie des voies ferrées sur lesquelles circulent les trains de banlieue leur appartiennent.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus