Archives Métro

La Société de transport de Montréal (STM) a dû revoir son plan de remise en service des trains Azur après avoir découvert de la rugosité sur les voies du métro.

«Les rails sont supposés être bien lisses, mais avec [l’]interaction [mécanique et électrique entre les rails et les embouts des frotteurs négatifs des trains Azur], il y a une rugosité qui est apparue et qui s’accélèrent avec le nombre de trains Azur qu’on a mis en service graduellement», a expliqué lundi le directeur exécutif de l’ingénierie, des infrastructures et des projets majeurs de la STM, François Chamberland.

Ces frotteurs négatifs, qui sont des pièces faisant partie du système d’électrification des voitures de métro, ont été mis en cause à la suite de l’incident du 14 janvier dernier. Un train Azur avait alors endommagé la signalisation lors de son passage à la station de métro Du Collège, ce qui avait forcé la fermeture d’une partie de la ligne orange pendant une dizaine d’heures. Les trains Azur avaient été mis hors service, le temps que la STM fasse la lumière sur cet incident.

Après avoir fait des tests avec un train Azur équipé de caméras et demandé l’aide de chercheur de l’école Polytechnique, la STM avait indiqué il y a deux semaines que l’accident du 14 janvier avait été causé par une force latérale qui était exercée sur les frotteurs et qui causait leur bris. Cette force latérale provenait de l’usure des équipements des voies, avait conclu la STM. Elle planifiait remplacer plus régulièrement les frotteurs, qui s’usaient rapidement, en plus d’installer un «mécanisme de retenue préventif». Elle comptait sortir progressivement les trains Azur des garages, mais elle a dû faire marche arrière après avoir constaté la rugosité des voies. Des experts internationaux ainsi que les ingénieurs du consortium Alstom-Bombardier ont été consultés pour ce problème constaté seulement à Montréal.

stm-frotteurs-et-embouts

Un frotteur d’un train Azur et deux embouts, qui seront modifiés.

Pour endiguer le phénomène de rugosité, la STM entend modifier l’alliage des embouts de bronze des frotteurs installés sur les trains Azur, en optant pour la même composition que ceux des trains MR-73. «La différence est infime, mais ça fait une différence à l’usure», a dit M. Chamberland. Un train Azur équipé de frotteurs modifiés circule déjà dans le réseau du métro. Deux autres s’ajouteront d’ici vendredi.

«La remise en service des autres trains sera faite en fonction des observations qui seront réalisées sur ces trois trains, mais aussi selon les délais d’approvisionnement des pièces nécessaires pour faire les ajustements», a indiqué le président de la STM, Philippe Schnobb, qui a dit espérer le retour des trains Azur «le plus rapidement possible».

Le directeur général de la STM, Luc Tremblay, n’a pas voulu s’avancer sur le coût entraîné par les tests et les modifications apportées aux frotteurs des trains Azur. Il a simplement dit qu’il sera compris dans les contingences du projet de remplacement des voitures de métro.

La STM a insisté pour dire que l’arrivée d’un nouveau matériel roulant entraîne inévitablement des ajustements. «Les voitures MR-73 ont à ce jour eu plus de 2000 modifications pour améliorer leur performance et les maintenir en service, a mentionné François Chamberland. C’est quelque chose qui n’est pas agréable, mais qui est normal dans l’introduction d’un nouveau matériel roulant dans un réseau existant.»

Le retrait de la majorité des trains Azur a peu d’impact sur le service, a assuré la directrice exécutive du métro, Marie-Claude Léonard, soit de l’ordre de 18 à 30 secondes dans la fréquence de passage des trains. «On est très conscient qu’il y a plus de gens dans les trains», a-t-elle dit. Davantage d’employés de la STM ont été postés sur les quais pour faciliter les déplacements.

 

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!