Josie Desmarais

Les acheteurs de scooters électriques auront désormais droit à un rabais de 500$. Une mesure qui aidera le gouvernement qui peine à atteindre la cible de 100 000 véhicules électriques d’ici 2020.

La mesure est incluse dans le dernier budget Leitao qui inclut désormais la catégorie des motocyclettes électriques à vitesse limitée dans le programme de subvention Roulez électrique.

La subvention est de 500$ pour tout achat après le 1er avril 2017, mais la liste des véhicules admis n’est pas encore officielle. «C’est Transition énergétique Québec, le nouvel organisme créé dans le cadre de la Politique énergétique 2030, qui rendra publique la liste es véhicules admissibles au moment opportun», indique Véronique Normandin, attachée de presse du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles.

«Cet élargissement de la gamme de véhicules admissibles doit permettre d’atteindre la cible des 100 000 véhicules électriques sur les routes du Québec [d’ici 2020]», a-t-elle ajouté. En date du 6 avril, la Société de l’assurance automobile du Québec comptait 13 736 autos électriques sur les routes du Québec et 72 motos électriques.

Pour certains, inclure les scooters électriques est une façon d’atteindre les objectifs, mais pour Simon Deschênes, manufacturier de scooters Kumpan en Amérique du Nord, cela allait de soi. «Comme nos scooters ont jusqu’à 150 kilomètres d’autonomie et peuvent rouler jusqu’à 65 km/h, on a des clients qui l’utilisent chaque jour pour aller de l’île des Sœurs jusqu’à Laval. C’est donc devenu une alternative à l’auto et à la congestion», explique-t-il en ajoutant que ses clients peuvent déjà bénéficier du rabais même si ce n’est pas encore affiché sur le site internet du programme ‘’Roulez Électrique’’.

Depuis deux ans, il a vendu près de 200 scooters. «En Amérique du Nord, c’est moins implanté dans la culture, mais en milieu urbain, les avantages sont réels», dit-il. Un rapide test routier permet de réaliser la souplesse des machines, leur accélération et le gain de temps pour se garer en milieu urbain par rapport à une auto.

Attention, les scooters électriques n’ont pas le droit de circuler sur les pistes cyclables. La confusion vient du fait que certains scooters sont en fait catégorisés comme des vélos à assistance électrique, car ils disposent de pédales et leur vitesse ne dépasse généralement pas les 30km/h.

Selon nos informations, les vélos électriques ne bénéficieront pas de subventions, mais selon la directrice de Vélo Québec, Suzanne Lareau, «il serait bien que ce rabais puisse aussi être applicable à l’achat de vélos à assistance électrique et même pour les vélos réguliers afin d’encourager des modes de transport verts qui ne se résument pas uniquement à la voiture électrique et à la motocyclette électrique».

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!