Hôtel de 23 étages, activités commerciales et résidentielles sur plus de 19 000m², accès à l’eau et au sommet du silo no 5, tels sont quelques-uns des aspects du plan directeur préliminaire présenté lundi aux médias. Il doit servir de guide pour revitaliser le site du Vieux-Port pour les 15 prochaines années.

Le plan prévoit l’ajout d’une promenade terrestre derrière le silo no 5, mais aussi en hauteur en vitrant l’ancien convoyeur à grains et en désenclavant le site grâce à une passerelle menant directement de la rue McGill. «Deux grandes places d’emmarchement au quai de l’Horloge et au quai Jacques-Cartier permettront au Montréalais de se plonger les pieds dans l’eau», a souligné Renée Daoust, architecte au cabinet Daoust Lestage qui a été embauché pour concevoir le plan.

L’accès au silo no 5, dont une partie sera détruite, se fera par un ascenseur panoramique et le dernier étage sera vitré pour avoir accès aux vues sur la ville et le fleuve. Les deux extrémités du site seront développées pour accueillir deux hôtels, des bureaux, des commerces et même des tours à condos. Proche des silos, le plan prévoit un hôtel de 23 étages et quatre tours pouvant héberger des bureaux, des commerces et des logements qui se trouveront ainsi à 5 minutes de la future station Bassin Peel du Réseau électrique métropolitain.

À l’est, proche de la tour de l’Horloge, le hangar no 16 serait réhabilité, un bâtiment institutionnel à vocation culturelle serait érigé, de même qu’une place publique, un stationnement étagé, voire un petit hôtel familial. «Le bain portuaire envisagé par la Ville au bout de la plage du quai de l’Horloge est toujours à l’étude pour trouver des solutions techniques», a confié Basil Cavis, vice-président du Vieux-Port de Montréal.

Ce dernier a précisé que les travaux d’infrastructures liés notamment aux passerelles d’accès, au plan lumière et aux places d’emmarchement sont évalués à environ 175M$.

Cela ne comprend pas tous les projets immobiliers privés qui pourraient voir le jour d’ici 10 à 15 ans. Face à la privatisation croissante du site, M. Cavis a souligné que le plan préliminaire présenté lundi correspond aux demandes faites lors de la consultation publique tenue en 2016 qui a permis d’entendre près de 1700 personnes.

De son côté, Dinu Bumbaru d’Héritage Montréal a souligné l’importance de «conserver la valeur civique» du lieu. «Les projets privés peuvent être bienvenus à conditions que cela respecte l’un des principes directeurs du Vieux-Port qui est de ne pas concurrencer le Vieux Montréal et à condition aussi que les lieux restent accessibles au grand-public», selon lui. «Comme ça va durer pour au moins deux générations, c’est important aussi que ça soit bien fait», a t-il ajouté. Même si le terrain est de juridiction fédérale, M. Bumbaru se questionne finalement sur l’absence de représentant de la Ville dans les présentations et sur de possibles luttes politiques en coulisses.

Le cabinet du maire Denis Coderre indique de son côté «prendre note du plan qu’à développé la Société du Vieux-Port». »Concernant la gouvernance, les discussions avec le gouvernement fédéral se poursuivent». La Ville aimerait en effet devenir propriétaire du site.

Les commentaires du public seront pris pendant un mois. Le plan final et les échéanciers des différentes phases seront connus cet automne.

Lire le document ici

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!