Aurora Flight Sciences

Pas moins de trois évènement mettent le transport du futur à l’honneur cette semaine à Montréal. Voici un aperçu de trois projets qui pourraient révolutionner le transport (ou pas!).

1. L’air-taxi
Un taxi électrique qu’on commanderait avec son téléphone intelligent et qui prendrait la voie des airs pour vous déposer à un coût à peine plus élevé qu’une course normale, c’est l’objectif de la firme californienne Uber qui prévoit de tester son projet Uber Elevate à Dubaï et Dallas. «L’appareil reste à construire et, de notre côté, il faut adapter toute la règlementation, notamment ce qui concerne la gestion du trafic aérien, mais on pense avoir un échéancier précis l’année prochaine», a déclaré à Métro le maire de Dallas, Mike Rawlings, qui est à Montréal dans le cadre du Forum économique international des Amériques. D’ici 5 à 6 ans, le projet pourrait être pleinement opérationnel. «Ce serait un atout important pour une métropole aussi étendue que Dallas», a-t-il dit. À terme les drones taxis pourraient même se déplacer sans chauffeur.

2. L’avion spatial solaire

Le Solar Stratos sera présenté vendredi à l’aéroport de Mirabel puis au Vieux-Port de Montréal, du 15 au 18 juin, dans le cadre du Festival solaire nordique. Un vol à basse altitude est prévu au-dessus du fleuve Saint-Laurent grâce à des panneaux solaires déployés sur les ailes. À terme, l’avion biplace vise à offrir des voyages commerciaux dans la stratosphère, c’est-à-dire, aux frontières de l’espace, à 75 000 pieds de hauteur. Comme l’avion n’est pas pressurisé, la température devrait baisser à -70 degrés Celsius. Les occupants devront ainsi porter une combinaison d’astronaute.

3. La capsule train
Rejoindre Toronto en 39 minutes à partir de Montréal dans une capsule pulsée de façon électromagnétique dans un tunnel à basse pression sur le même principe que la messagerie pneumatique. C’est que permettrait le projet Hyperloop, sur lequel travaillent plus de 250 employés et pour lequel 160M$ ont été engagé, s’il se concrétise. Les concepteurs prévoient faire voyager les gens à 1200km/h. Interrogé par La Presse, dans le cadre du Sommet Movin’on, qui se tient cette semaine à Montréal, Rob Lloyd, chef de la direction d’Hyperloop One, affirme qu’une liaison Toronto-Montréal est dans sa ligne de mire, à cause de la topographie, de l’expérience du pays en terme de partenariats public-privé et de  la présence de puissants fonds de pension investissant dans les infrastructures. Le concept est actuellement testé au Nevada. Dès 2020, il pourrait servir à transporter des marchandises, avant que des passagers n’embarquent dans la capsule l’année suivante.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!