La Ville de Montréal doit s’assurer que ses employés gagnent au minimum un salaire horaire de 15$ de l’heure, ont réclamé lundi midi plusieurs représentants de syndicats et des politiciens provenant de divers paliers de gouvernement lors d’un rassemblement devant l’hôtel de ville de Montréal. Cette manifestation a eu lieu juste avant le dépôt cet après-midi, pendant la séance du conseil municipal, d’une motion rédigée par le conseiller du district de Snowdon et chef de Coalition Montréal, Marvin Rotrand, réclamant à la Ville d’adopter une politique du salaire minimum à 15$ de l’heure.

Réunis dans les marches du bâtiment municipal malgré la chaleur accablante, les manifestants brandissaient des drapeaux représentant divers syndicats ainsi qu’un énorme signe de «15$» en bois.

À la fin juin, lors d’une séance du conseil d’arrondissement de Côte-des-Neiges, une cinquantaine de personnes, dont un grand nombre d’immigrants, «ont parlé en faveur d’une motion» sur le salaire minimum à 15$, a raconté à Métro M. Rotrand. Le conseiller municipal a alors proposé d’écrire une motion et de la déposer pendant une séance du conseil municipal. «Il y a plusieurs personnes qui ne peuvent vivre avec le salaire minimum actuel. [Une politique du salaire minimum à 15$] permettrait à plusieurs personnes d’avoir de meilleures conditions de vie […] Je pense que les arguments sont forts. Je vois mal comment la Ville ne pourrait pas l’appuyer», a-t-il soutenu.

«Pour que cette motion soit adoptée, ça va demander que l’Équipe Coderre se joigne à nous. On est en contexte électoral, c’est le bon moment.» -Marc-Édouard Joubert, président de la FTQ-Montréal Métropolitain

La motion réclame à la Ville d’obliger ses contractants et sous-contractants à offrir au minimum un salaire de 15$ de l’heure à leurs employés et à faire pression sur le gouvernement du Québec afin qu’il modifie sa politique du salaire minimum. D’ici le premier mai 2020, le salaire minimum devrait augmenter graduellement afin d’atteindre 12,45$ de l’heure dans la province. «La Ville de Montréal pourrait s’assurer que tous ceux qui sont employés directement ou indirectement par la Ville fasse un minimum de 15$ de l’heure», a lancé la présidente du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN, Dominique Daigneault.

Le principal parti d’opposition à l’hôtel de ville, Projet Montréal, a également offert son appui à la motion de Marvin Rotrand. «C’est une revendication qui est très chère à mon coeur. C’est une façon d’assurer un salaire viable aux travailleurs», a affirmé à Métro la chef de Projet Montréal, Valérie Plante. Selon la politicienne, si les contractants offrent déjà dans la plupart des cas un salaire supérieur à 15$ de l’heure à leurs employés, «c’est au niveau des sous-contractants qu’il y a du travail à faire»,a-t-elle indiqué, faisant ainsi référence, entre autres, aux employés municipaux responsables du déneigement et de la collecte des ordures. En tout, environ 22 000 personnes sont employées par la Ville.

Le conseiller municipal dans l’arrondissement de Verdun, Sterling Downey, a quant à lui déploré que «des gens [soient] obligés d’avoir plusieurs emplois pour payer le loyer». Selon lui, une hausse notable du salaire minimum permettrait de «faire rouler l’économie», car les citoyens auraient alors un plus grand pouvoir d’achat et dépenseraient donc davantage dans les commerces locaux.

Alors que les données de l’Institut de la statistique du Québec démontrent que près de deux femmes sur trois au Québec occupent un emploi au salaire minimum, la porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a déploré la situation vécue par plusieurs femmes monoparentales, «qui sont obligées d’avoir plusieurs jobs» pour subvenir à leurs besoin ainsi qu’à ceux de leurs enfants. «Si la métropole du Québec appuyait cette motion-là, ça enverrait un message clair à d’autres municipalités», qui lui emboîteraient alors le pas, croit-elle.

Interpellé Métro, le cabinet du maire Denis Coderre n’a pas voulu commenter la motion, précisant simplement que celle-ci sera débattue mardi.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!