Jacques Boissinot Les glaces de la rivière Chaudière en 2014.

La rivière des Mille-Îles était le seul cours d’eau de la région de Montréal qui était sous surveillance à cause des risques d’inondation, mais d’autres rivières pourraient suivre d’ici jeudi.

Si l’on se fie aux données des stations du Centre d’expertise hydrique du Québec, qui sont retransmises toutes les heures, c’est le tronçon de la rivière des Milles-Îles situé près de Terrebonne qui était le plus problématique. Le seuil enregistré en après-midi atteignait 13,93 mètres, soit proche du seuil d’inondation mineure de 14,15 mètres.

Mais ce n’est pas forcément la hausse des cours d’eau qui inquiète le plus. «À Montréal, on n’entrevoit pas de problème, mais on surveille de possibles mouvements de glace sur le rivière des Prairies et la rivière des Mille-Îles», a indiqué Thomas Blanchet, conseiller en sécurité civile au ministère de la Sécurité publique. Ces mouvements peuvent provoquer des embâcles qui, en bloquant le cours d’eau, provoquent ensuite des inondations.

À la Ville de Montréal, on reste effectivement confiant. «À l’heure actuelle, les niveaux mesurés à la rivière des Prairies, au lac des Deux Montagnes et à la rivière des Outaouais sont tous sous les seuils d’inondation mineure, et inférieurs aux valeurs de l’année dernière à pareille date», a mentionné Gabrielle Fontaine-Giroux, relationniste à la Ville.

C’est en Montérégie qu’il y a plus de risques à venir, a ajouté M. Blanchet, principalement sur les rivières Châteauguay, Richelieu, Yamaska, des Anglais, L’Acadie, ainsi que la rivière aux Brochets, toutes situées sur la Rive-Sud à proximité des villes de Châteauguay et de Saint-Jean-sur-Richelieu.

«Avec le temps doux et les quantités de pluie attendues, les seuils [de surveillance] pourraient être atteints en fin de journée [mardi], demain et jusqu’à jeudi car il y a parfois un décalage de douze heures avant un phénomène météo et la montée des eaux à certains endroits», a résumé sur les ondes de RDI, Pierre Corbin, directeur des opérations chez Hydro Météo, une entreprise privée qui conseille les municipalités en matière d’hydrologie et de glaciologie.

La situation n’est toutefois pas aussi problématique que prévu, puisque le total des précipitations qui seront tombées de lundi à mercredi a été revu à la baisse pour se situer entre 25 à 35 millimètres de pluie dans les secteurs les plus arrosés du Grand Montréal, soit 5 millimètres de moins que les premières prévisions.

Les conditions météorologiques auront toutefois eu raison de plusieurs activités hivernales. C’est le cas notamment au parc de la Rivière-des-Mille-Îles. «Actuellement, nos activités sont en « stand by », car le niveau de l’eau a monté jusqu’aux sentiers qui bordent la rivière. Pour la pêche blanche, on pourrait potentiellement rouvrir, si l’eau qui s’est accumulée au-dessus de la couverture de glace finit par diminuer», a expliqué Jean-François Boily, le directeur des ventes du parc. Il suggère donc aux visiteurs de bien s’informer auprès du parc qu’ils comptent visiter avant de se déplacer.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!