Josie Desmarais/Métro

La Ville de Montréal a mis sur un pied une table de concertation qui sera chargée d’examiner divers enjeux liés à la diversité dans la métropole, dont l’employabilité, la représentation dans les espaces politiques et le profilage racial.

Cette Table sur la diversité sera présidée par Myrlande Pierre, la sociologue et chercheuse au Centre de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Le groupe de 15 personnes comprend des personnes de diverses origines ethniques, dont le cinéaste Will Prosper, l’ancienne candidate de Projet Montréal, Kerlande Mibel, l’ancienne de conseil d’administration de la STM Marie Turcotte, ainsi que la directrice générale du Conseil québécois LGBT, Marie-Pier Boisvert. Beaucoup d’experts universitaires sont du lot.

«Le comité aviseur aura pour mandat de développer au cours de l’année, une politique et un plan d’action», a exposé la mairesse, Valérie Plante. Sans donner de détails sur un échéancier, elle a dit que des «éléments pourraient ressortir très rapidement». «Le comité se base sur des données qui existent déjà, il ne mène pas une consultation. Mon souhait est qu’il bouge rapidement», a-t-elle ajouté.

Quatre priorités ont été établies pour le mandat, soit l’employabilité au sein de la Ville de Montréal et la formation des employés au enjeux de diversité, le développement économique, la représentativité en politique et en culture, ainsi que la mise en place des recommandations de la Commission sur le profilage racial.

Le rapport de celle-ci a été déposé en septembre. Questionnée sur la pertinence de remettre cela dans les mains d’un comité plutôt que d’appliquer directement les recommandations, Mme Plante a assuré que la Table sur la diversité menait un travail «complémentaire» à celui «déjà en cours avec le Service de police de la Ville de Montréal». «Ce sont des données sur lesquelles le comité pourra se baser pour faire le reste de son travail, sur les quatre autres axes», a-t-elle dit.

La présidente du comité, Myrlande Pierre, souhaite attendre les premières réunions avant d’établir une priorité, mais a dit qu’elle souhaitait innover. «Montréal n’a pas de politique interculturelle. Ça pourrait être un premier sujet de discussion», a-t-elle dit.

L’opposition à l’hôtel de ville, Ensemble Montréal, avait critiqué la mise sur pied la Table, lorsqu’une première annonce avait été faite en décembre, trouvant que cela empiétait sur le mandat du Conseil interculturel de Montréal.

Lundi, le chef de l’opposition, Lionel Perez, a dit vouloir donner «le bénéfice du doute» à Table. «Ce sont de bons candidats, d’une grande diversité. On se réjouit du fait que ce ne soit pas un membre de son cabinet comme président de la Table», a-t-il indiqué. Il déplore toutefois le fait qu’il n’y ait pas d’échéancier précis pour parvenir à un plan d’action.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!