Josie Desmarais/Métro Lionel Perez

Ensemble Montréal souhaite que la Ville se dote d’un mécanisme de consultations prébudgétaires pour que les citoyens puissent s’exprimer avant que le budget ne soit approuvé par l’administration.

Pour cette mesure, le parti d’opposition s’inspire des gouvernements fédéral et provincial, qui consultent les citoyens sur leurs budgets depuis les années 1990. Plusieurs municipalités au Québec et les arrondissements du Plateau-Mont-Royal et de Verdun à Montréal utilisent aussi ce processus. Le parti déposera une motion au prochain conseil municipal, le 28 mai, pour que la métropole emboîte le pas.

Les 5G$ que consacre la Ville chaque année pour son budget devraient aussi être étudiés par les citoyens, croit l’opposition officielle à l’hôtel de ville. Les Montréalais pourraient ainsi proposer des idées ou mettre de l’avant certains enjeux pendant l’élaboration du budget municipal.

«La population est concernée au premier chef quant à la façon dont les deniers publics sont dépensés et le budget est le principal outil d’une administration vis-à-vis des services aux citoyens», a déclaré le chef de l’opposition, Lionel Perez en conférence de presse jeudi matin.

Ces consultations prendraient deux formes, d’une part des sondages et questionnaires en ligne, envoyés aux citoyens, et d’autre part des tables rondes sur le modèle des consultations publiques tenues par exemple par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

Consultative, cette initiative ne pourrait par contre pas empêcher l’administration de prendre ses propres décisions budgétaires, par exemple une hausse de taxes.

Lionel Perez a avancé que ces consultations permettraient d’accroître la transparence de l’administration, mais aussi la participation citoyenne.

«Tenir des consultations prébudgétaires permettra a l’ensemble des Montréalais de prendre connaissance et de mieux s’éduquer sur la littératie financière de la Ville», a ajouté le porte-parole en matière de démocratie et de participation citoyenne de l’opposition, Frantz Benjamin.

Pour justifier cette motion, M. Perez a fait allusion «à la promesse brisée de la mairesse» Valérie Plante et à la «folie qu’il y a eu lors du dernier budget», faisant référence à la hausse des taxes municipales de 3,3% annoncée en janvier. En campagne électorale, la mairesse, alors candidate, avait promis de ne pas les augmenter au-delà de l’inflation, qui est de 2,1%.

Après son budget, Valérie Plante a expliqué que ces augmentations de taxes respectaient ses engagements, puisque prise une à une, elles restent sous le taux d’inflation. Les taxes foncières ont augmenté de 1,9%, les taxes d’arrondissement de 0,3% et la taxe de l’eau de 1,1%.

Le chef de l’opposition a pourtant parlé d’une confiance «brisée», ajoutant «que ce processus permettrait de retrouver ce lien de confiance entre la population et les élus».

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!