Le Plateau Mont-Royal étendra son programme d’entretien des rues par des personnes en situation de précarité. C’est ce qu’a annoncé jeudi le maire de l’arrondissement, Luc Ferrandez. Concrètement, douze personnes seront chargées chaque jour de nettoyer les rues (non commerciales) et ruelles de l’arrondissement. Elles seront choisies et payées par deux organismes, Groupe Information Travail (GIT) et Diners Saint-Louis, qui ont bénéficié d’une subvention de 107 562 $.

«C’est un programme de réinsertion sociale qui permettra d’offrir une expérience de travail sans pour autant pénaliser nos membres», a déclaré Michel Parent, président du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal.

«Non seulement les cols bleus ont compris que ce projet ne représente aucune menace à la charge de travail, mais ils ont insisté pour qu’il aille de l’avant», a ajouté M. Ferrandez, qui se félicite de l’entente entre l’arrondissement et le syndicat à ce sujet.

«En plus du salaire, ce genre d’initiative permet aux plus persévérants de réactualiser leur CV par un emploi récent, de regagner un peu d’estime de soi et de se réhabituer à la routine d’une journée de travail», indique Normand Mantha, coordonateur au GIT.

Ce genre d’initiative à saveur sociale a aussi cours dans le centre-ville, mais sans qu’il y ait eu une entente avec les cols bleus qui ont déposé un grief à la Commission des normes du travail.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!