Capture d’écran 2014-09-09 à 22.09.24
(Cliquez sur l’image pour agrandir)

Jeudi dernier, 8h. Point de départ: intersection des boulevards Cousineau et Gaétan-Boucher, à Saint-Hubert. Quatre journalistes du journal Courrier du Sud, de TC Media, partent pour Montréal en voiture, en autobus, en train de banlieue et en vélo. Point de rencontre: la direction générale de TC Media au centre-ville de Montréal, coin Peel et René-Lévesque. Qui est arrivé le premier? Et qui est arrivé à l’heure au bureau?

En voiture
Marie-Philippe Gagnon-HamelinEn empruntant le boulevard Gaétan-Boucher, qui devient le boulevard Milan à Brossard, puis l’autoroute 10, le pont Champlain, l’autoroute Bonaventure, la rue University et le boulevard René-Lévesque, le trajet entre Saint-Hubert et le centre-ville devrait prendre 26 minutes selon le calculateur de trajet de Google Maps. Or, avec le trafic qui apparaît dès la bretelle pour la voie de desserte de l’autoroute 10 et qui se poursuit jusqu’au point d’arrivée, un automobiliste met presque trois fois plus de temps que prévu à atteindre sa destination, soit une heure pour parcourir environ 16km.

Quand la pluie se met de la partie ou qu’un accident survient, ce temps peut parfois doubler, le réseau routier étant extrêmement vulnérable au moindre pépin, souligne le chroniqueur à la circulation Pierre Lacasse. Changer de voie pour tourner à gauche sur René-Levesque s’avère aussi tout un défi à relever, tout comme trouver un stationnement à proximité.

Heure d’arrivée sur la rue Drummond, devant un parcomètre: 8h54. Comme le parcomètre n’entrait en service qu’à 9h, l’heure d’arrivée devant le 1110, boulevard René-Lévesque Ouest a plutôt eu lieu à 9h04.

Résultat: en retard au bureau.

En autobus
Geneviève MichaudDe l’intersection des boulevards Gaétan-Boucher et Cousineau, les trajets 42, 60 et 142 se rendent directement au Terminus centre-ville (TCV) pendant les heures de pointe du matin et du soir, à une fréquence de 4 à 10 minutes. La durée prévue du trajet est d’environ 46 minutes.

En prenant l’autobus 42 à 8h05, après 5 minutes d’attente à l’arrêt, notre journaliste avait traversé le pont Champlain à 8h26, grâce à la voie réservée. Une fois sur l’île, il lui a ensuite fallu 17 minutes pour se rendre au TCV en raison de plusieurs détours causés par des travaux, avant de reprendre l’autoroute Bonaventure et d’atteindre finalement le terminus.

Heure d’arrivée à destination: 8h52. Le billet d’autobus coûte 3,25$ à l’unité.

Résultat: à l’heure au bureau, mais tout juste.

En vélo
Carl Gourgue-PerreaultEn pédalant à une vitesse moyenne de 20km/h, le journaliste de TC Media est arrivé à destination à 9h17. Il a mis 47 minu­tes pour rejoindre la rue des Écluses, 10 minutes pour traverser le circuit Gilles-Villeneuve, 8 minutes pour traverser le pont de la Concorde, puis 12 minutes pour arriver coin Peel et René-Levesque.

Résultat: en retard au bureau.

En train
Denis BélangerÀ 8h02, le journaliste de TC Media quittait l’intersection de Gaétan-Boucher et Cousineau en voiture pour se rendre à la gare de train de banlieue de Saint-Hubert, situé au coin du chemin de Chambly et de la route 116. Pour éviter le stationnement incitatif déjà plein, le journaliste a garé sa voiture dans le stationnement du Costco, de l’autre côté de la 116, pour rejoindre la gare dans la voiture du photographe. Après avoir attendu trois feux de circulation verts avant de traverser l’intersection de Cousineau et de Sir-Wilfrid-Laurier, ils sont finalement arrivés à la gare quelques minutes avant le train de 8h27, juste à temps pour acheter un billet.

Le train est entré en gare au centre-ville à 8h45. Le temps de quitter le train et l’aire de débarquement, il était 8h50. N’étant pas un habitué du terminus, le journaliste a cherché son chemin pour se rendre à pied au coin de Peel et René-Lévesque.

Heure d’arrivée: 9h05. Le billet de train coûte 5,25$.

Résultat: en retard au bureau.

Conclusion: vaut mieux partir tôt!

En se fiant aux résultats obtenus par l’équipe de TC Media, on peut déterminer qu’un résidant de l’arrondissement de Saint-Hubert qui commence à travailler à 9h au centre-ville de Montréal et qui veut arriver au bureau quelques minutes à l’avance doit absolument partir avant 8h, peu importe le moyen de transport qu’il choisit d’utiliser.

Si la congestion routière n’entrave pas le trajet du cycliste, elle retarde toutefois l’automobiliste et les utilisateurs du transport en commun.

La voie réservée permet aux autobus de traverser rapidement le pont Champlain, mais les véhicules restent tout de même bloqués une fois rendus au centre-ville. Cette situation met en lumière l’intérêt d’un système léger sur rails (SLR) dans l’axe du nouveau pont, qui éviterait d’engorger davantage le centre-ville.

Pour l’utilisateur du train de banlieue, c’est de se rendre à la gare et de s’y stationner qui peut être le plus difficile. En comparaison, prendre l’autobus de l’intersection de départ, Cousineau et Gaétan-Bouche, jusqu’à la gare prend une dizaine de minutes. Le trajet total coûte alors 8,50$.

L’avantage des circuits 42, 142 et 60 est qu’ils ne nécessitent qu’un titre de transport du Réseau de transport de Longueuil (RTL). À l’inverse, en prenant l’autobus 19 pour se rendre au Terminus Longueuil, puis les lignes de métro jaune et orange pour se rendre à la même destination, il faut compter un titre du RTL et un titre de la Société de transport de Montréal, ce qui augmente sensiblement les coûts. Le trajet dure environ 50 minutes, selon le calculateur de Google Maps.

Et impossible pour un automobiliste de lire, contrairement aux utilisateurs du transport en commun.

Point de vue: le transport en commun, la solution
Témoin privilégié de l’actualité routière depuis plus de 25 ans, le chroniqueur à la circulation Pierre Lacasse est formel: la solution pour mettre un terme à l’engorgement des routes aux heures de pointe passe par le transport en commun.

«On retirerait davantage de voitures des routes, affirme celui qu’on peut entendre sur les ondes de Radio Circulation, au 730 AM. On s’est plaint des coûts du prolongement du métro à Laval, qui a coûté trois fois plus que prévu, mais essayez maintenant de stationner pour y accéder! Ça coûtera ce que ça coûtera, mais la solution est là. Il y a eu des progrès dans le transport en commun, mais il faut continuer.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!