Yves Provencher L’écurie, construite en 1860, est la plus ancienne et l’une des dernières écuries qui subsistent à Montréal.

Des élus et des citoyens se mobilisent pour sauver la plus vieille écurie de Montréal, dans Griffintown. «Il est urgent que nous fassions quelque chose pour sauver cette zone typique de Montréal», a affirmé Benoît Dorais, maire de l’arrondissement du Sud-Ouest et élu de l’opposition.

Le maire Dorais déposera lundi une motion au conseil municipal pour que Montréal cite l’écurie du Horse Palace au rang des zones à protéger.

Depuis la vente en divers lots des terrains du Horse Palace, ce témoin du passé rural de Griffintown est en danger. Si le nouveau propriétaire des bâtiments semble enclin à la préservation des activités équestres, le paddock, qui sert d’aire d’entraînement aux chevaux, vient de trouver acquéreur et le promoteur pourrait y construire des logements.

L’écurie, construite en 1860, est la plus ancienne et l’une des dernières écuries qui subsistent à Montréal. C’est aussi le seul ensemble architectural typique du style français encore debout.

Pourtant, l’intense développement immobilier exerce sur le Horse Palace des pressions très fortes qui pourraient mettre en péril les activités équestres de l’écurie, selon l’arrondissement du Sud-Ouest. «Les chantiers sont autour, nous n’avons pas le temps d’attendre», a déclaré Véronique Fournier, conseillère de Saint-Henri–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles.

Face au développement du secteur, le Horse Palace a été identifié par Héritage Montréal comme étant un site menacé. «Le Horse Palace, c’est une sorte de Titanic montréalais, un trésor qui coule», a déploré Dinu Bumbaru, président d’Héritage Montréal. L’organisme est heureux de voir que des élus se battent pour la sauvegarde du site, même s’il trouve que cela arrive bien tard. «Les élus, de Montréal comme de l’arrondissement, n’ont rien fait depuis des années, dénonce M. Bumbaru. Nous les contactions depuis deux ans, sans aucune réponse.»

Pour le moment, l’administration Tremblay attend que la motion de l’opposition soit déposée devant le conseil municipal avant de l’examiner et de se prononcer. Elle considère en outre que l’arrondissement est le mieux placé pour préserver l’écurie.

Des solutions de remplacement

Des habitants du quartier ont créé la Fondation Horse Palace de Griffintown qui travaille pour la sauvegarde du site.  Sa présidente, Juliette Patterson, souhaite se porter acquéreuse du domaine pour l’ouvrir au public. La Fondation projette de mettre en place un centre d’histoire du quartier et des activités d’équithérapie et d’équitation pour que les Montréalais puissent jouir de l’écurie.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!