Archives Métro Le quadrilatère Saint-Laurent

La démolition des bâtiments adjacents au Café Cléopâtre, sur le boulevard Saint-Laurent pourrait débuter lundi. Le permis de démolition pour les trois immeubles a été autorisé par l’arrondissement de Ville-Marie la semaine dernière.

Toutefois, les locataires des nouveaux édifices qui seront construits à cet endroit ne sont toujours pas trouvés. Malgré tout, les élus de Vision Montréal s’impatientent. Ils ont demandé jeudi l’intervention de la Ville dans la gestion de l’Îlot Saint-Laurent. «Ça fait depuis 2009 que ça traîne. C’est fruit du laxisme de l’administration Tremblay», a dénoncé le conseiller municipal, François Robillard.

Puisque l’Ilôt est considéré comme un lieu patrimonial, chaque pierre a dû être numérotée en vue du démentelement des édifices. Elles devront être replacées dans le même ordre sur la façade de la future construction. Jusqu’à maintenant, l’acquisition des lieux et leur entretien ont coûté 24 M$ au promoteur immobilier Christian Yaccarini. «S’il y a quelqu’un d’impatient, c’est moi! Les délais sont dûs au refus du Café Cléopâtre à nous céder le bâtiment», a-t-il expliqué. Il a aussi souligné la tenue de consultations publiques en décembre 2010.

La gestion du dossier fut «sauvage et désolante», a estimé pour sa part Monique Savoie, impliquée depuis le début des procédures, en entrevue à Métro. Celle qui est directrice générale de la la Société des arts technologiques (SAT) – située devant l’Ilôt – est déçue de la tournure des événements. «Le projet devait être réalisé dans un court délai, déplore-t-elle. C’est très déprimant comme paysage.»

Selon Mme Savoie, le refus du Café Cléopâtre de céder son bâtiment n’explique pas les retards dans le projet. «C’est un problème d’architecture, croit-elle. Pourquoi tout vouloir démolir alors que l’on possède la technologie pour bâtir en hauteur sans ombrager la rue? Il faudrait tout recommencer du début.»

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!