Yves Provencher/Métro

La Semaine québécoise de réduction des déchets (SQRD) qui débute samedi aura pour thème cette année le gaspillage alimentaire. Une lutte qui se mène sur plusieurs fronts, que ce soit dans les commerces, les maisons ou les entreprises. Voici trois initiatives porteuses qui mériteraient d’être imitées.

ACTU déchets

1. Hôtels

Oui, un itinérant peut manger du cerf rouge aux canneberges! Notamment grâce à la Tablée des chefs, qui a détourné près de 50 000 repas n’ayant pas trouvé preneur dans les hôtels, avant de les redistribuer à des groupes caritatifs depuis 2010. L’organisme montréalais a récemment conclu un partenariat avec l’Association des hôtels du Grand Montréal pour étendre son bassin de collecte, qui compte déjà huit grands hôtels et le Centre Bell. Le Montréal Hilton Bonaventure est l’un d’eux. Chaque année, l’hôtel produit environ 20 000kg d’aliments non consommés. Les deux tiers sont redistribués aux employés, tandis que près de 4 800 portions ont été réparties entre le refuge pour sans-abri Mission Old Brewery et la Tablée des chefs. «Nos clients corporatifs nous questionnent de plus en plus pour savoir que devient la nourriture non consommée», remarque Philippe Mercier, directeur de la restauration de l’hôtel.

ACTU déchets-magasin

2. Commerces

En plongeant dans les poubelles des commerces, les jeunes de la Coop sur Généreux, située dans le Plateau Mont-Royal, dépensent généralement moins de 30$ par mois pour se nourrir. Mais s’ils exploraient l’arrière de la nouvelle boutique berlinoise Original Unverpackt, ils rentreraient bredouille, car le magasin est «zéro déchets». Les 350 produits offerts sont vendus au poids et les clients peuvent apporter leurs propres contenants, qui doivent être désinfectés pour répondre aux normes d’hygiène allemandes. À Montréal, on n’en est pas là, mais plusieurs commerces offrent des produits en vrac, que ce soit de la lessive, du riz ou même de la confiture. «Dans plusieurs quartiers, il y a des commerces où on peut venir avec ses propres contenants», explique Laure Mabileau, coordonnatrice de la SQRD qui a même trouvé du lait en bouteille consignée. Parmi les autres initiatives marquantes, signalons celle de cinq magasins IGA-Ménard qui, depuis avril dernier, récupèrent chaque mois 2 000kg de viande pour les livrer à Moisson Montréal. Le projet-pilote de l’organisme est un succès et a été étendu à 26 épiceries.

Déchets au Québec

3. Maison

Quelques municipalités du Québec commencent à facturer leurs concitoyens selon la quantité de déchets mis sur le trottoir. Ainsi, le canton de Potton demande 3$ par sac aux ménages déposant leurs poubelles plus de deux fois par mois. Beaconsfield, sur l’île de Montréal, teste de son côté, depuis un an, un concept de mesure des déchets dans 253 résidences. Chaque bac roulant est équipé d’un code-barre qui est scanné par le bras automatisé du camion au moment de la collecte. Ce code permet de mesurer le volume de déchets émis par chaque ménage. La Ville a aussi distribué des composteurs de jardin pour favoriser le compostage des déchets de table à la maison. «On observe déjà une diminution d’un tiers des déchets ramassés et on n’a pas encore implanté le système de tarification», souligne le maire Georges Bourelle. La ville attendra 2016 pour déterminer la formule de tarification qui favorisera les ménages les plus verts.

Quoi faire?

  • Plusieurs activités sont au menu pour la Semaine québécoise de réduction des déchets
  • Disco Soupe réalisée à partir de légumes déclassifiés qui représenterait le quart de la production (samedi 18 de 11h à 15h, au marché Jean-Talon).
  • E-Party au Club Soda vendredi 24. Entrée gratuite au concert hommage à Iron Maiden pour ceux qui amènent un déchet électronique

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!