Archives Métro Place des Nations il y a quelques années

Dans un rapport publié lundi, l’inspecteur général de la Ville de Montréal, Denis Gallant, pointe des «irrégularités majeures» dans des contrats qui lient la Société du parc Jean-Drapeau (SPJD) et le Quartier international de Montréal (QIM) pour la revitalisation du parc en vue du 375e anniversaire de la métropole.

Ce projet de revitalisation, Horizon 2017, mis sur pied à l’automne 2012, vise à mettre en valeur quatre secteurs du parc Jean-Drapeau: le mail central, la promenade panoramique et riveraine, le parterre de l’île Sainte-Hélène et la Place des Nations. Un projet estimé à 55M$.

Le Bureau de l’inspecteur général (BIG) recommande ainsi à la SPJD, une société paramunicipale, de résilier quatre contrats de services professionnels accordés en 2014, en lien avec ce projet, d’une valeur totale de 7,75M$, principalement pour le non-respect des règles dans l’octroi des contrats ou l’absence d’estimation des coûts, ce qui va à l’encontre de la loi.

Le BIG a tenu à préciser dans son rapport que, s’il avait pu résilier ces contrats, il l’aurait fait sans hésitation «tellement les irrégularités constatées sont graves».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, à la lumière de ce rapport, a fait savoir lundi qu’il n’avait plus confiance au directeur général de la SPJD, Daniel Blier. «Il n’a plus d’affaire là», a-t-il lancé devant les journalistes.

Le rapport indique également que, en 2013 et 2014, quatre autres conventions de services professionnels ont été octroyées sans appel d’offres par la SPJD au QIM, ce qui va aussi à l’encontre de la loi pour des contrats de 100 000$ et plus.

«Le BIG est d’avis que la SPJD n’a pas protégé l’intérêt des contribuables en omettant de vérifier si l’offre de service du QIM reflétait réellement le marché», ajoute le BIG dans son rapport.

Le QIM a par la suite contracté, parfois sans appel d’offres, avec d’autres firmes pour réaliser ses tâches, dont Daoust-Lestage inc. et WSP Canada. Une pratique qui remet en question la validité des contrats, selon le BIG, puisque la SPJD ne peut déléguer sa capacité de contracter, qui lui est conférée par la Ville.

Un appel d’offres réalisé par le QIM aurait également été «dirigé», estime le BIG, de manière à favoriser la firme Daoust-Lestage inc. pour l’octroi d’un contrat de 172 422,50$.

La période de soumission pour un autre appel d’offres lancé par le QIM, pour un contrat de 34 492,50$ qui a finalement été octroyé à Graph Synergie, n’a été que de quatre jours, du 15 au 18 octobre 2014. «[Cette période de soumission] a eu un effet de désistement significatif pour des soumissionnaires potentiels, affirme le rapport. Le BIG s’étonne que les représentants du QIM ne maîtrisent manifestement pas les délais pour la réception des soumissions exigées par la loi.»

Au total, le BIG a révélé des «irrégularités majeures» dans 12 des 14 contrats présentés dans le rapport et qui sont conclus avec divers fournisseurs, architectes et ingénieurs pour le projet Horizon 2017. L’inspecteur estime que pour ces 12 contrats, un tribunal pourrait émettre des déclarations de nullité.

Le BIG recommande également au conseil municipal de la Ville de Montréal que l’administration de la métropole offre les services d’expertise centrale de la Ville pour la suite de la réalisation du projet de revitalisation Horizon 2017.

À ce jour, 2,4M$ ont été dépensés pour le projet Horizon 2017, dont 1,1M$ en honoraires au QIM. Le rapport du BIG sera étudié cette semaine, à huis clos, à la Commission sur l’inspecteur général.

Projet Montréal, l’opposition officielle à la Ville, a invité lundi l’administration Coderre et la Commission sur l’inspecteur général à entériner les recommandations du BIG à la suite de ce «rapport accablant qui fait état de millions de dollars dépensés illégalement par la SPJD», a affirmé Alex Norris.

Le chef intérimaire du parti, Luc Ferrandez, a suggéré à la Ville de mettre fin à sa collaboration avec la SPJD. «Qu’elle rapatrie les activités et les budgets, qu’ils soient gérés à l’interne par la direction des grands parcs et la direction des grands événements», a-t-il affirmé à la suite du dépôt du rapport.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!