Les Montréalais pourront profiter d’un accès à un réseau Wi-Fi gratuit dans le Quartier des spectacles et le Palais des congrès d’ici un an, et dans la totalité des bâtiments publics de la Ville d’ici 2017.

C’est l’un des six points prioritaires du plan d’action de la ville intelligente, attendu depuis plusieurs mois, que les fonctionnaires de la Ville ont présenté hier.

Le déploiement du Wi-Fi doit d’abord se faire dans le Quartier des spectacles et au Palais des congrès, selon le plan, car ces secteurs seront connectés d’ici un an.

Mais l’un des points important pour la Ville, a indiqué à Métro Harout Chitilian, l’élu responsable de la Ville intelligente, c’est de couvrir la totalité des édifices publics avec le signal  Wi-Fi, soient les édifices administratifs, les bibliothèques, les maisons de la culture, Espace pour la vie et les installations sportives intérieures. Ceci doit se faire d’ici 2017.

Le Vieux-Montréal, le centre-ville, le Mile-End et certaines artères commerciales comme les rues Sainte-Catherine, St-Laurent, St-Denis et l’avenue du Mont-Royal seront également connectées dans un horizon de un à trois ans.

«Après, petit à petit, c’est certain qu’on va réévaluer continuellement l’empreinte du service et également le besoin, et on va déployer graduellement le Wi-Fi un peu partout à Montréal», a ajouté M. Chitilian.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, se réjouit que la métropole adopte ce nouvel outil qui est offert dans plusieurs autres grandes villes du monde. «J’avais dit lors de la dernière campagne électorale que je voulais m’assurer qu’il y ait un Wi-Fi qui soit gratuit partout. Donc on y va de façon séquentielle. En anglais ils disent “Smart cities bring smart citizens”», a-t-il illustré.

Trois autres projets que Métro a retenu dans le plan d’action de la Ville intelligente

Remorquage pancarteInfo-remorquage
Harout Chitilian, responsable de la ville intelligente, l’avoue : tenter de retrouver sa voiture après qu’elle ait été remorquée est «une source d’irritation prononcée» chez les citoyens, selon les plaintes qu’il a reçues. La Ville souhaite donc mettre sur pied d’ici moins d’un an un outil numérique – soit une application mobile ou un portait en ligne – afin de retrouver plus facilement son automobile dans de telles situations. Après avoir découvert que sa voiture s’est faite remorquée, le citoyen pourra entrer sur l’application ou le portail en question son numéro de plaque, l’emplacement d’origine de sa voiture, la couleur ou la marque du véhicule, et l’outil lui proposera les profil de voiture les plus semblables qu’il possède dans son registre et à quel endroit elles ont été remorquées.

Téléphone 311Service 311 amélioré
Le service 311 actuel mérite de grandes améliorations. C’est également un autre constat de M. Chitilian qui assure que le perfectionnement du service est déjà en cours. Pour ce faire, on compte développer un outil numérique – encore une fois, ce peut être une application mobile, comme un portail en ligne – afin que les citoyens ayant posé une question ou fait une plainte particulière auprès du service 311 puissent suivre en temps réel le cheminement de leur requête. M. Chitilian mentionne que l’amélioration du service 311 passe également par la nécessité de fournir davantage d’informations aux agents téléphoniques qui reçoivent les requêtes afin qu’ils puissent être plus en mesure de répondre aux questions.

DéneigementInfo-neige phase 2
L’application Info-neige, développée au début de l’hiver dernier, a reçu quelques critiques de la part des citoyens, mais n’en était qu’au stade de projet-pilote. L’outil, qui n’est opérationnel que pour certains arrondissements jusqu’à maintenant, permet de suivre l’avancement des opérations de déneigement sur les différentes rues du secteur. Le problème avec cette première phase de l’application, dit M.Chitilian, c’est que les camionneurs devaient entrer manuellement l’information dans l’application après avoir déneigé une rue. Ce qui pouvait laisser place à certaines erreurs ou des mises à jours en retard. Dans la deuxième phase, les mises à jour seront maintenant faites automatiquement, assure M. Chitilian, grâce à un dispositif qui géolocalisera les camions de déneigement. Une autre application du genre, Info-collecte, doit également être mise sur pied pour suivre en direct les opération de collecte d’ordures.

***
Craintes

Du côté de l’opposition officielle à la Ville de Montréal, Projet Montréal, le leader parlementaire Marc-André Gadoury déplore que l’administration fasse «une ville intelligente à sens unique». Il observe notamment les projets de «démocratie participative» proposée par la Ville, dont des outils de visualisation et de vulgarisation des contrats, des budgets et des indicateurs de performance, et il n’est pas convaincu. Il inclut également dans ses remarques les applications telles qu’Info-neige et Info-remorquage.

«Il n’y a pas d’implication du citoyen. Il y a certes des données qui sont appelées à être libérées et dans des formats accessibles, mais on n’est pas en train de s’engager avec les citoyens dans un dialogue sur ses besoins et les solutions», déplore-t-il.

Il donne en exemple le «Budget Plateau», qui avait notamment été mis sur pied par l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, où les citoyens pouvaient aller simuler en ligne la création d’un budget selon leurs envies et leurs estimations. «L’idée est que le citoyen est ainsi plus prêt d’un décideur public que juste quelqu’un qui reçoit, qui consulte l’information», explique-t-il, regrettant qu’une application du genre ne soit pas dans les projets à la Ville.

Aussi dans Montréal :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!