Denis Beaumont/Métro Le projet La ville en vert vise à transformer des surfaces asphaltées en espaces verts et à installer des toitures blanches dans 65 complexes de HLM dans 15 arrondissements.

Les îlots de chaleur seront attendus de pied ferme cet été dans plus d’une soixantaine de complexes d’habitations à loyer modique (HLM) de Montréal.

Le projet La ville en vert, présenté mardi, vise notamment à transformer les surfaces asphaltées en espaces verts et à installer des toitures blanches dans  65 complexes HLM dans 15 arrondissements.

De telles initiatives sont plus que souhaitables, selon le Dr Louis Drouin, de la Direction de la santé publique de Montréal. La température particulièrement élevée dans certains arrondissements représente des risques sérieux pour une partie de la population, notamment pour les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé mentale.

«L’installation de toitures blanches, prévue dans le cadre de ce projet, permet de lutter contre les îlots de chaleur en réfléchissant la lumière du soleil et en réduisant la chaleur accumulée sur le toit des immeubles», a expliqué Denis Quirion, directeur général de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).

Pour ce qui est du verdissement, il permet de contrer, grâce aux arbres et aux plantes, le réchauffement en milieu urbain engendré par les surfaces de béton et d’asphalte.

La ville en vert compte bien dépasser les frontières de Montréal. Un projet similaire sera prochainement implanté dans certains HLM de Longueuil, sous le nom Vert un habitat durable, a indiqué Luc Rabouin, directeur général du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

Financée en partie par le Fonds vert du Gouvernement du Québec, cette initiative est le résultat d’un partenariat entre le CEUM et l’OMHM.

Aussi dans Actualités:

blog comments powered by Disqus