Gracieuseté Les maires et directeurs généraux de Saint-Bruno-de-Montarville, Brossard et Saint-Lambert.

Les maires de Brossard, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert demandent à nouveau l’intervention du gouvernement Couillard pour réformer les structures de l’Agglomération de Longueuil sans quoi ils menacent de demander à leurs citoyens de déclencher un processus référendaire pour quitter l’Agglomération.

Les maires étaient d’ailleurs à Québec, mercredi, afin de rencontrer le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, pour discuter de la gouvernance de l’Agglomération et lui demander de mettre en place les conclusions du rapport du Centre de la productivité et de la prospérité de HEC Montréal.  

Selon ce rapport, les villes liées à Longueuil ressortent comme les grandes perdantes de l’épisode des fusions-défusions puisqu’elles ont vu leurs dépenses augmenter plus rapidement qu’ailleurs dans l’Agglomération. Par exemple, Brossard dépensait 26% de moins que la moyenne des municipalités de même taille avant les fusions, tandis qu’à la suite des défusions, elle dépassait ce niveau de l’ordre de 19%. Saint-Bruno-de-Montarville, Saint-Lambert et Boucherville ont pour leur part vu leurs dépenses croître pour atteindre respectivement 48%, 32% et 64% de plus que la moyenne des villes de même taille.

Les maires estiment que les problèmes observés dans l’Agglomération ne sont pas seulement de nature financière, mais également liés au manque de transparence quant à la prise de décisions au conseil d’Agglomération et au partage d’informations entre les administrations. Ils affirment que Longueuil et Boucherville «détiennent la totalité du pouvoir dans l’Agglomération». Ils déplorent également que leurs citoyens sont «traités comme des citoyens de deuxième ordre».

«Alors que Brossard vit un moment charnière quant au développement de son territoire, nous devons faire face à des pressions financières importantes en lien avec l’Agglomération», a déclaré le maire de Brossard, Paul Leduc.

«Nous souhaitons que la transparence soit un élément phare de la réforme de la gouvernance de l’Agglomération, a précisé le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray. C’est ainsi que nous pourrons nous assurer d’une saine gestion des avoirs publics.»

«La capacité de payer des contribuables doit être respectée et la quête d’équité doit guider le ministre dans sa réflexion sur les gestes à poser pour réformer l’Agglomération», a pour sa part affirmé le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.

Les maires ont annoncé le lancement d’une opération de mobilisation ayant pour thème On paie trop pour Longueuilet visant à informer les citoyens de la Rive-Sud des problèmes découlant du processus de fusion-défusion. Ils souhaitent que le ministre Coiteux propose des amendements législatifs qui tiennent compte des revendications des trois villes reconstituées.  

 «Le ministre doit réformer l’Agglomération, sans quoi nous proposerons à nos citoyens, par voie de référendum, de quitter cette dernière», ont conclu MM. Leduc, Murray et Dépatie.

Aussi dans National :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!