Pour faire face aux demandes accrues des centres hospitaliers, Héma-Québec recherche 300 donneuses de lait maternel de plus, à Montréal et à Québec.

«Présentement, on arrive à fournir du lait maternel aux bébés prématurés de 30 semaines et moins», a affirmé Laurent Paul Ménard, porte-parole d’Héma-Québec. L’objectif de l’organisation est toutefois de répondre à la demande pour tous les prématurés de 32 semaines et moins de la province, a-t-il précisé.

Pour arriver à remplir cet objectif, toutes les mères qui souhaitent participer et qui résident dans les régions métropolitaines de Montréal et de Québec sont maintenant admissibles, peu importe l’hôpital où elles ont accouché. Auparavant, seulement celles qui avaient accouché dans un centre hospitalier partenaire pouvaient le faire.

«Toutes les étapes, de la qualification de la mère jusqu’à l’envoi des unités de lait maternel à Héma-Québec, se font au domicile de la donneuse», a indiqué M. Ménard. Pour ces raisons logistiques et financières, seules les donneuses de Montréal et de Québec sont admissibles.

«Il ne faut jamais oublier, on compte sur les mères qui sont en mesure de générer un surplus de lait. Leur objectif premier, c’est de subvenir aux besoins de leur enfant.» – Laurent Paul Ménard, porte-parole d’Héma-Québec

La banque de lait maternel d’Héma-Québec a été créée en avril 2014, pour augmenter les chances de survie des grands prématurés qui ne peuvent être allaités par leurs mères. Depuis, 8000 bouteilles de 100 ml ont été distribuées dans cinq centres hospitaliers qui ont des unités de néonatalogie spécialisée. Il est difficile d’établir le nombre d’enfants qui ont bénéficié du don de lait maternel, puisque la consommation varie grandement selon les enfants, note M. Ménard.

Environ 1000 enfants par année naissent toutefois au Québec au terme de 32 semaines ou moins.

Aussi dans National :

blog comments powered by Disqus