(Photo : archives)

Montréal a annoncé qu’elle offrirait désormais la possibilité d’emprunter des instruments de musique dans  certaines de ses bibliothèques. Au delà de cette idée, l’administration municipale jongle avec plusieurs idées pour élargir sa clientèle. Trouver 100 idées pour assurer un futur aux bibliothèques de demain, c’est le mandat que s’est donnée en 2015, la ville de Miami en partenariat avec Radical Partners, un organisme œuvrant dans l’accélération de projets sociaux. Voici trois idées qui en ont émergé et qui sont parfois déjà concrètes dans certaines bibliothèques.

1-Installer des FabLab
Des quoi? Des laboratoires de fabrication. En général, on y trouve une imprimante 3D capable de fabriquer tous types de pièces (voir même des prothèses), un découpeur laser, ainsi qu’un professeur qui organise des ateliers ou explique comment utiliser le matériel. À Chicago, le Maker Lab est ouvert gratuitement depuis 2013 et permet par exemple, à une bijoutière artisanale de fabriquer ses bijoux, ou à des entrepreneurs de concevoir des prototypes de pièces. La bibliothèque Benny dans le quartier Côte-des-Neiges offre déjà ce service et l’objectif est d’en avoir dans quatre autres bibliothèques d’ici un an, indique l’élu responsable de la ville intelligente, Harout Chitilian. Dans un état d’esprit similaire, on retrouve parmi les 100 idées la possibilité d’installer aussi de petits studios d’enregistrement de musique.

2-Diversifier l’offre
Les bibliothèques de Montréal offrent déjà souvent des CD, des DVD, parfois des jeux de société et bientôt des instruments de musique. Mais elles devraient aussi songer à prêter certains outils électroniques tels que des caméras vidéo ou même des vidéoprojecteurs et des appareils photo. Ces produits pourraient très bien être loués pour une somme modique afin de s’assurer que l’opération se fasse à coût nul. À Nashville, la bibliothèque a même instauré un système où les utilisateurs peuvent emprunter des semences et faire pousser leurs plantes avant de retourner lesdites semences.

3-Usages mixtes
Plusieurs suggèrent d’ouvrir les bibliothèques à d’autres clientèles. On suggère notamment de louer certaines salles à des travailleurs en coworking. Cela supposerait de rendre les bibliothèques accessibles au WiFi, d’offrir la possibilité d’acheter du café sur place et d’accepter que la bibliothèque ne soit plus un sanctuaire où les employés font la chasse au bruit. Ces différentes mesures permettraient en outre de financer les autres activités des bibliothèques.

Aussi dans Montréal :

blog comments powered by Disqus