Mathias Marchal Frédéric Lapointe de la Ligue d'action civique accompagnés de plusieurs élus exclus de comités pléniers au sein de leur municipalités respectives

La Ligue d’action civique demande que le projet de loi 122 renforce la démocratie municipale au lieu d’affaiblir les oppositions locales.

À quelques heures de son assemblée générale, le président sortant de la Ligue, Frédéric Lapointe, a demandé jeudi au gouvernement du Québec de s’inspirer de l’Ontario qui encadre le fonctionnement des comités pléniers pour permettre aux élus d’opposition d’y participer et que les débats soient publics.

«C’est dans ces comités que les vraies décisions se prennent et pourtant ils se passent très souvent à huis clos», a déclaré M. Lapointe en conférence de presse. Ce dernier était accompagné d’élus d’opposition de dix municipalités du Québec exclus des comités pour des raisons partisanes.

«Depuis que je suis exclue, je peux seulement participer au conseil municipal et je n’ai accès aux documents décisionnels qu’à la dernière minute», a déploré Chantal Crête, élue de Lac-Simon. La Ligue d’action civique a dressé une liste d’une vingtaine d’élus ayant subi ce genre de représailles parce qu’ils ont osé remettre en cause leur maire ou leur mairesse «Le Québec à l’échelon municipal. C’est souvent la dictature partisane qui règne», a ajouté Michel Millette, de Sainte-Thérèse.

Dans ce contexte, la Ligue d’action civique déplore aussi que le gouvernement Couillard se range du côté de l’abolition des référendums municipaux dans le cadre du projet de loi 122. Les référendums municipaux, qui permettent notamment aux citoyens de s’opposer à certains projets immobiliers douteux s’ils récoltent suffisamment de signatures, sont dénoncés par certains maires comme ceux de Montréal ou Québec, car ils permettent, selon eux, à une minorité de bloquer des projets.

La Ligue d’action civique recommande plutôt de revoir le processus pour le rendre plus difficile à enclencher. «Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain», affirme Rodolphe Parent, vice-président de la Ligue. Il souligne que 13 municipalités ont déjà déclaré qu’elles s’opposeraient à l’élimination des référendums.

Aussi dans National :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!