Archives - Josie Desmarais/Métro Sébastien Proulx.

Québec débloque 400 M$ pour la réalisation de projets innovateurs d’agrandissement et de construction d’écoles, dont plus de 40 seront réalisés dès cet été.

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a dit mardi vouloir encourager la «créativité, la collaboration et l’interaction» pour que les écoles de demain soient «un peu différentes» et mieux adaptées aux besoins des élèves.

Il promet ainsi aux commissions scolaires une bonification pouvant aller jusqu’à 15 pour cent du coût de leurs travaux et frais afférents pour la mise en oeuvre de «solutions architecturales ou d’ingénierie». Concrètement, a-t-il dit, une école pourrait décider de se doter de panneaux solaires, d’un système de géothermie ou d’un atrium d’où filtrerait la lumière naturelle.

Ces sommes étaient déjà prévues dans le budget du gouvernement Couillard, mais n’avaient pas encore été octroyées.

À titre d’exemple, le gouvernement confirme que la Commission scolaire de la Capitale recevra à elle seule près de 7 M$ pour la construction de 10 classes supplémentaires à l’École de la Grande-Hermine dans Limoilou, un quartier de Québec qui a maintenant la cote auprès des jeunes familles.

«On a de nouveaux élèves qui, année après année, arrivent, a dit le ministre. Dans la région de Montréal, à la Commission scolaire de Montréal (CSDM), c’est 1000 nouveaux élèves par année, alors on a des endroits où le niveau de surpopulation est très important. Dès fois, c’est 120, 125, 130 pour cent de la capacité qui est utilisée.»

Les écoles du Québec sont «en transformation» a soutenu M. Proulx, qui parle plutôt de «milieux de vie» qui doivent être «attrayants», car les enfants y passent beaucoup de temps.

Ainsi, l’École d’architecture de l’Université Laval touchera une subvention de 2,5 M$ pour un projet de recherche visant à soutenir l’innovation architecturale dans le réseau scolaire.

Moisissure

Mais alors que le ministre parle d’atriums et de géothermie, des centaines d’écoles partout au Québec sont vétustes et ont des problèmes de moisissure, a fait valoir de son côté le porte-parole péquiste en matière d’éducation, Alexandre Cloutier.

À Montréal, 95 pour cent des écoles sont «à retaper», a-t-il dit. «Le pire ministère qu’il y a au Québec quant aux atteintes des objectifs en matière d’infrastructure, c’est le ministère de l’Éducation. Soixante-cinq pour cent des sommes sont réellement dépensées par rapport à ce qui a été annoncé, il y a tout un écart entre les deux, alors permettez-moi d’exprimer un certain scepticisme.»

Les travaux de rénovations et de construction vont de pair, a rétorqué le ministre, qui soutient avoir lancé 2300 projets de rénovations cette année. «Cette année, on dépasse le milliard d’investissements», a-t-il dit.

L’un n’empêche pas l’autre, a renchéri le président de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Alain Fortier, qui s’est dit heureux de voir le ministre en action.

Blitz d’annonces en fin de session

Depuis une semaine, M. Proulx, qui est aussi ministre de la Famille, effectue un véritable blitz d’annonces.

Lundi, il annonçait des investissements en garderies pour améliorer la qualité des services, dont les repas, et pour permettre aux centres de la petite enfance (CPE) de procéder à des travaux de rénovation.

M. Proulx a également donné le feu vert à l’implantation de 100 nouvelles classes de maternelle 4 ans dès septembre.

La semaine dernière, il a déposé un projet de loi pour garantir l’accès au régime pédagogique québécois à tous les enfants, plus spécifiquement aux enfants étudiant dans des écoles religieuses et à la maison, ainsi qu’aux enfants sans papiers.

La politique du gouvernement sur la réussite scolaire, fruit de vastes consultations l’automne dernier, est par ailleurs attendue d’ici quelques jours.

L’Assemblée nationale termine ses travaux vendredi, et fera relâche jusqu’au 19 septembre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!