Archives

Un Ontarien qui avait voulu ouvrir la porte d’un avion d’Air Canada en plein vol a plaidé coupable en Floride à l’accusation d’entrave au travail d’un agent de bord, un crime passible d’une peine maximale de 20 ans de prison et de 250 000 $ US d’amende.

Brandon Courneyea, un travailleur de la construction d’Amhurstview, près de Kingston, a plaidé coupable le mois dernier d’entrave au travail d’un agent de bord. Il devrait connaître sa peine le 11 septembre à Orlando, où l’avion avait été dérouté.

Après un bref séjour en Jamaïque, Brandon Courneyea rentrait au pays à bord d’un vol d’Air Canada, le 15 mai, lorsque son comportement a mis en péril la sécurité des passagers.

Sa femme a expliqué plus tard à La Presse canadienne que c’est elle qui avait conseillé à son mari de prendre des vacances en Jamaïque. Or, ces vacances ont semble-t-il mal tourné: Brandon Courneyea aurait reçu des menaces de mort et aurait décidé de rentrer au pays plus tôt que prévu.

Selon les documents judiciaires, il aurait consommé de la cocaïne avant de monter dans l’avion à Montego Bay. Une fois à bord, il s’est mis à engueuler d’autres passagers et à circuler de façon erratique dans l’appareil. Lorsque les agents de bord lui ont demandé de regagner son siège, il a saisi une cafetière chaude et l’a agitée devant lui. Il a ensuite tenté d’ouvrir la porte en criant qu’il voulait entraîner tout le monde avec lui.

Brandon Courneyea a finalement été maîtrisé par des passagers et des membres d’équipage, qui l’ont maintenu sur son siège avec des attaches de plastique, indiquent les documents judiciaires.

Le vol d’Air Canada en direction de Toronto avait été dérouté à Orlando, où Brandon Courneyea a été arrêté et incarcéré.

Les autorités de l’aviation civile rappellent qu’il est impossible d’ouvrir la porte d’un avion en plein vol, à cause de la pression.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!