Audrey Clément-Robert/TC Media

LONGUEUIL, Qc — Sous un soleil éclatant, un nombre record de plus de 150 bénévoles a répondu samedi matin à l’appel de la grande corvée de nettoyage sur les berges du fleuve Saint-Laurent à Longueuil.

Pour une 10e année de suite, l’organisme écologiste Ciel et Terre a déployé son petit bataillon d’éboueurs amateurs pour ramasser tout ce qui traîne entre le pont Jacques-Cartier et le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.

Année après année, la corvée du «Grand nettoyage des rivages à Longueuil» permet de retirer en moyenne 1,5 tonne de matières polluantes jetées sur les berges, d’après la vice-présidente de l’organisme Geneviève Audet.

Selon Tommy Montpetit, directeur de la conservation chez Ciel et Terre, ces déchets représentent une menace pour les animaux marins qui se retrouvent parfois pris au piège ou qui ingèrent des objets de plastique.

Le fleuve Saint-Laurent serait aussi l’un des cours d’eau où l’oxygène se raréfie le plus rapidement, d’après M. Montpetit.

Celui-ci raconte qu’au fil des ans, la corvée a permis de retirer du fleuve une voiture, des électroménagers, mais surtout des tonnes de gobelets, de condoms, de mégots de cigarette et d’autres emballages de nourriture.

«Il y a des mers de plastique qui se créent littéralement dans l’océan. Même dans le fleuve, ça affecte directement la vie marine parce qu’il y a des microbilles de plastique qui restent, qui ne se dégradent pas. C’est vraiment une catastrophe écologique épouvantable!», décrit-il.

Un fleuve de plastique
La chercheuse et spécialiste du fonctionnement des écosystèmes marins, Lyne Morissette, souligne qu’on a souvent l’impression que le problème se trouve ailleurs dans le Pacifique ou en Asie, mais «il n’y a pas d’ailleurs, dit-elle. Tous les océans sont connectés».

Elle encourage ce genre de mouvement de mobilisation qui peut faire une différence.

«On a eu par le passé des rejets d’usines, des BPC, qui polluaient notre Saint-Laurent. On a réglé ce problème de pollution chimique pour le remplacer par un problème de pollution de plastique», observe celle qui dirige la firme M-Expertise Marine.

Bien que la situation ne se compare pas aux fleuves très pollués d’Asie, le Saint-Laurent transporte tout de même «une quantité impressionnante» de déchets selon Mme Morissette.

Tout comme les grands courants océaniques qui créent des gyres et forment ce qu’on appelle les «continents de plastique», le Québec vit sa propre catastrophe écologique aux Îles-de-la-Madeleine.

«Tout ce qui circule par le Saint-Laurent, qui part des Grands Lacs, qui passe par Montréal et par Québec, ça finit par tourner en rond autour des îles. Il y a des quantités assez phénoménales de plastique sur les plages aux Îles-de-la-Madeleine», déplore la chercheuse.

Faire sa part
Rassemblées au parc Marie-Victorin, en bordure de la route 132, les nombreuses équipes de participants se sont munies de gants, de sacs-poubelle et de chaudières avant de partir en mission.

Véronique Genestier participait pour une deuxième fois à l’activité avec ses deux enfants et son conjoint. La mère de famille considère important de faire sa part tout en sensibilisant les enfants. Ce qu’elle a vu lors de sa première expérience de collecte de déchets l’a convaincue de revenir cette année.

«C’était excessivement sale, on trouvait du plastique, des mégots, des verres de café», énumère-t-elle. Heureusement, l’ambiance est festive et le tout se déroule dans le plaisir malgré le côté ingrat du travail à accomplir.

Mahnaz Khademi et quelques amis membres d’un groupe de bénévoles appelé Ismaili Civic, formé au sein de leur communauté religieuse, ont décidé de se salir les mains pour faire du bien à leur ville.

«Nous sommes des humains qui habitent la Terre et c’est incroyable comment on la détruit. Il faut en prendre soin», a plaidé l’adolescente de 16 ans qui considère que les gens sont «conditionnés» à la pollution. «C’est comme si c’était normal», déplore-t-elle.

Tania Fini participait pour une troisième fois à la grande corvée et, chaque fois, elle se fait un devoir d’entraîner de nouvelles paires de bras avec elle.

«Je reviens parce que c’est une bonne cause et que c’est très bien organisé, mentionne-t-elle. On a déjà ramassé des pneus, des matelas, des cordes de navires. On trouve un nombre phénoménal de tampons de condoms, de mégots de cigarettes. C’est important d’en parler.»

Si on ne compte pas encore de données précises sur la quantité de débris jetés dans le fleuve, Lyne Morissette soutient que l’humanité rejette à la mer l’équivalent d’un camion à ordures par minute.

«Malheureusement, le Saint-Laurent n’est pas protégé par une cloche de verre, c’est un phénomène qui est global», souligne la spécialiste des écosystèmes marins.

Elle insiste cependant sur la force et l’efficacité des initiatives de nettoyage des berges un peu partout.

«On évite que ce qu’on ramasse se désagrège en plus petits morceaux et se retrouve dans l’océan et surtout, c’est un pouvoir d’inspiration pour créer de plus grandes vagues de gens qui ont envie de faire la même chose», conclut-elle.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!