photcal.com

Des professeurs de à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont invité hier le ministre de l’Éducation, Pierre Moreau, à venir sur le terrain  pour constater la «crise» qui secoue l’ensemble du réseau universitaire, causée principalement par les compressions budgétaires qui lui sont imposées par Québec.

«J’inviterais notre nouveau ministre de l’Éducation, Pierre Moreau, à surtout ne pas faire comme son prédécesseur, François Blais, et à ne pas se retrancher derrière les portes closes et plutôt aller à la rencontre des universités québécoises. Je l’inviterais à venir à l’UQAM pour parler aux professeurs, chargés de cours, étudiants et étudiantes pour aller au-delà des rapports que les fonctionnaires du ministère de l’Éducation apparemment ne lisent jamais, a déclaré en point de presse Marcos Ancelovici, titulaire de la chaire de recherche en sociologie des conflits sociaux. [Cela lui permettrait] de prendre toute la mesure de l’impact des coupes en éducation et de la nécessité d’un réinvestissement massif.»

François Bergeron, du laboratoire de combinatoire et d’informatique mathématique, a quant à lui fait état de «pertes irrémédiables» dans les infrastructures scientifiques des universités québécoises en raison des coupes. Il a donné en exemple le Géotop, un centre de recherche en géochimie et géodynamique reconnu mondialement et «fragilisé» selon lui par le «manque de réinvestissement».

«Construire un tel centre, ça prend 25 ans, et ça peut disparaître en 2 ans, a-t-il plaidé. C’est catastrophique.»

Plus de détails à suivre.

Aussi dans National :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!