Une semaine après avoir été sacré Révélation de l’année au gala de l’ADISQ, Bernard Adamus a de nouveau vu ses efforts récompensés, dimanche soir, au Gala alternatif de la musique indépendante du Québec (GAMIQ). Le chanteur est reparti du Studio Juste pour rire avec quatre trophées, ceux de l’Artiste de l’année, de la Chanson de l’année (La question à 100 piasses), de la Révélation et de l’Album folk/country pour Brun, son premier opus paru en mai 2009. «J’ai eu une grosse année. Je pense que tout ele monde a vu en masse ma face!» a lancé le chanteur au micro, Fred Fortin a également tiré son épingle du jeu en raflant la palme de l’Album chanson (Plastrer la lune), en plus d’être sacré Auteur compositeur de l’année.

«C’est la première fois que je viens chercher un prix. C’est un peu intimidant», a déclaré l’heureux élu une fois sur scène. Radio Radio s’est illustré dans la catégorie de l’Album hip-hop grâce à Belmundo Regal. Une victoire qui a sans doute plu à CÅ“ur de pirate puisqu’il y a deux semaines à peine, la jeune chanteuse suscitait une minipolémique à L’Autre gala de l’ADISQ en déclarant que le Félix de l’Album hip-hop aurait dû être décerné au trio de la Nouvelle-Écosse après que celui-ci se soit fait devancer par Manu Militari.

Radio Radio a aussi reçu le prix du Meilleur vidéoclip pour Dekshoo. Trois fois finalistes, les gars de Misteur Valaire ne sont pas repartis les mains vides, récoltant le trophée du Spectacle de l’année. Le groupe de Sherbrooke a profité de l’occasion pour remercier la talentueuse
Brigite Poupart, qui signe la mise en scène du concert. Random Recipe a été élu Étoile montante de l’année, une catégorie qui n’existait pas l’an dernier. Et alors que du côté punk, le jury a voté pour The Brains, du groupe Zombie Nation, il a choisi La fuite, du Husky, dans le volet pop.

Parmi les autres lauréats, citons The Besnard Lakes (Album indie rock pour The Besnard Lakes Are the Roaring Night), We Are Wolves (Album électro rock pour Invisible Violence), Hombre (Album world pour Hay que subir), Poirier (Album électro pour Running High) et Black Feelings (Album expérimental). WD-40 a obtenu le prix du DVD de l’année pour le documentaire WD-40 : Né pour être sauvage. «C’est ma fille qui va être contente!» s’est exclamé le chanteur en venant cueillir son trophée, qui, avouons-le, ressemblait à un petit panda en peluche.

Despised Icon s’est pour sa part distingué dans la catégorie de l’Album métal/ hardcore grâce à l’opus Day of Mourning. En tournée à l’étranger, le groupe n’a pas pu recevoir son trophée en mains propres. La formation a toutefois réussi à faire jaser en annonçant, par le biais de son porte-parole, qu’elle se séparerait d’ici la fin de 2010. Avis aux fans : deux spectacles d’adieu sont prévus au Club Soda le mois prochain.

Si l’animation du gala avait été confiée à Rej Laplan­che, de MusiquePlus, c’est le duo comique Vidons-la don’ la question qui a passé le plus de temps sous les projecteurs. Chargé de présenter les catégories, le tandem a fait de son mieux pour dérider un auditoire plutôt dissipé. La soirée a été ponctuée de plusieurs prestations, dont celles de Trigger Effect (qui a duré moins d’une minute), de We Are Wolves, de Dramatik et de Sunny Duval. Ce dernier est monté sur scène une deuxième fois pendant la cérémonie pour accepter le prix de l’Album rock’n’roll (Sein noir sein blanc).

Rappelons que, pour son cinquième anniversaire, le GAMIQ avait réajusté le tir en tournant son regard vers la scène émergente, excluant ainsi les artistes «bénéficiant d’une visibilité grandissante dans les médias». Suivant cette logique, on peut donc s’attendre à ce que le nom de Bernard Adamus ne se retrouve pas dans les bulletins de vote l’an prochain…

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!