Yves Provencher/Métro Le chef de Projet Montréal et candidat à la mairie, Richard Bergeron.

À moins de deux semaines du scrutin du 3 novembre, Métro a décidé de prendre le métro avec les cinq principaux candidats à la mairie de Montréal. Tout en parcourant la ligne verte, les candidats ont dû expliquer leurs priorités, leur vision et les défis que représente une campagne lancée sur les cendres d’une administration malmenée.

Richard Bergeron
Avec près de la moitié de ses pancartes électorales arrachées, le chef de Projet Mont­réal affirme être en train d’assister à une véritable campagne de salissage.

«Pancartes pillées, appels robotisés, accusations de détournements de fonds… C’est la première fois que je vois autant d’actes vicieux dans une même course», témoigne celui qui se plie pour une troisième fois à l’exercice.

L’urbaniste de formation demeure optimiste; il a de bonnes chances d’être le prochain maire, malgré le dernier sondage qui le place au troisième rang. Pourquoi? «Parce que je suis le seul qui a une réponse à tout», fait-il valoir avec un clin d’œil. Voici ses réponses… à presque tout.

PieIX

Le projet de service rapide par bus (SRB) sur le boulevard Pie-IX devait se concrétiser en 2014, mais est repoussé à 2019. Souhaitez-vous l’accélérer?

Évidemment! L’incapacité de faire est une des choses qui m’exaspèrent le plus. C’est impossible que ça prenne 10 ans pour avoir un SRB, quand ça prend moins de 2 ans partout ailleurs. Même chose pour l’allongement de la ligne de métro vers Anjou. Québec parle de 2019… alors qu’on a fait un réseau de métro complet en quatre ans dans les années 1960. Hé, faut se réveiller! Quand je promets le SRB et le tramway, ce sont des promesses fermes.

Joliette

Vous avez dit dans le passé être contre le principe d’une coalition, mais vous reconnaissez qu’il faudra intégrer les éléments forts d’autres partis. Lequel de vos adversaires seriez-vous prêts à prendre sur votre comité exécutif?

Je ne vous donnerai pas de nom, mais je peux vous dire que l’ex-maire Gérald Tremblay, dont j’ai été l’un des principaux adversaires à la dernière campagne, m’avait offert un siège sur le comité exécutif. Je ferais preuve de la même audace.

Prefontaine

Vous dites que, pour en finir avec la congestion routière, il faut qu’un grand changement de mentalité s’opère chez les automobilistes. Ne faut-il pas attendre d’améliorer les transports en commun pour les convaincre?

Non, nous ne pouvons pas attendre, il faut que le changement d’habitude débute dès maintenant. Il faut aussi que le développement des moyens de transport alternatifs se fasse rapidement. Si tout le monde y met du sien, tant les politiciens que les citoyens, on va pouvoir éviter le pire scénario de mégacongestion à Mont­réal… Car, si on attend 10 ans pour convaincre les automobilistes de prendre le métro, il y aura 350 000 voitures de plus dans la ville, qui n’a pas la capacité d’en accueillir autant. Ça va devenir insupportable.

Papineau

Tous les candidats à la mairie font des promesses pour le logement social; comment s’assurer que ce ne sont pas des paroles en l’air?

Mes adversaires font des promesses impossibles; ils s’engagent tous à construire 3000, 4000, 5000 logements… C’est Québec qui paye, et dans les faits, ce ne sont que 1250 logements qui sont financés par année. Quand on dépasse ce chiffre, on entame une longue bataille. Je m’engage donc à tout faire pour gagner cette bataille.

Beaudry

Vous avez peu parlé jusqu’à présent de vos engagements face à la communauté gaie et lesbienne. Quels sont-ils?

Je ne vois pas d’engagements municipaux qui peuvent les cibler. Dans le passé, ils ont demandé l’aménagement d’une voie piétonnière dans leur quartier, j’ai été très heureux de cette réalisation, qui sera maintenue. C’est une communauté vivante, de gens attachés à Montréal, ils ne rêvent pas à la banlieue.

BerriUqam

Cela fait plusieurs années que vous dites vouloir expulser de la ville un certain groupe d’itinérants. Pouvez-vous expliquer votre position?

Que ce soit clair: je souhaite qu’on vienne en aide aux itinérants qui sont originaires d’ici. Je m’oppose toutefois à l’arrivée massive, durant l’été, de groupes venus d’autres grandes villes. Ces individus n’ont pas leur place ici, la coupe déborde, je veux qu’on leur donne un billet d’autobus et qu’ils partent.

McGill

Le milieu des affaires se montre très sceptique quant à votre projet de tramway. Comment comptez-vous le convaincre du bien-fondé de ce plan?

Je suis déçu de voir ces hésitations à n’en plus finir de la communauté des affaires, dès qu’on relève un peu la barre de l’ambition pour Montréal. La première étape du tramway va coûter 1G$. Le fédéral financera la moitié de la somme par l’intermédiaire de programmes liés à l’infrastructure, tandis qu’Hydro-Québec va financer l’électrification. Le reste du montage financier sera approuvé par Québec. L’administration de Montréal ne versera que 75M$, moins de 1% de son budget total de 20G$. Bref, c’est parfaitement faisable. Je prie les gens d’affaires d’avoir à nouveau une vision pour leur ville, j’ai besoin de vous!

Peel

Certains affirment que votre image est autoritaire. Qu’en dites-vous?

J’ai le problème d’avoir une image assez austère. Je constate que les visages souriants et frondeurs semblent mieux performer… Je vais donc tenter de sourire plus. Mais il reste que la situation n’est pas à la rigolade à Montréal. Avoir un individu plus sévère au pouvoir, ça devrait être vu comme un avantage par la population.

Guy-Condordia

Vous dites que siéger à l’opposition c’est très frustrant. Si vous n’êtes pas élu maire, resterez-vous en politique?

Je serai le prochain maire, donc je n’ai pas besoin de me poser la question! Le cas échéant… je ne sais pas, appelez-moi le 4 novembre et je vous le dirai.

Atwater

De quoi l’ouest de l’île a-t-il besoin?

Premièrement, la communauté anglophone doit comprendre que, dans notre parti, il y a des gens de tous les horizons : fédéralistes, souverainistes, anglophones, francophones, allophones… Ils sont tous réunis, dans une bonne entente, pour servir la cause de Montréal. Sur le plan de l’urbanisme, l’ouest de l’île a un besoin criant d’un meilleur réseau de transport collectif, notamment pour desservir le Nord-Ouest, dans les environs de Pierrefonds. Il faut aussi doubler la capacité de la ligne de train de banlieue de Vaudreuil-Hudson. Tout ça va prendre des années, mais c’est nécessaire.

LionelGroulx

Pour terminer, une question Twitter de Dom Dion (@DomZero8) : comment faire pour que les milliers de citoyens maltraités aient à nouveau confiance dans le Service de police de la Ville de Montréal?

Je veux établir un meilleur dialogue avec le chef de la police, Marc Parent. Mon souhait est d’avoir une police accessible aux citoyens, proche de la communauté. J’adore les policiers londoniens; ce sont de vrais gentlemen, même pas armés! Je ne comprends pas que tous les policiers doivent porter une chemise foncée, un gilet pare-balles, un pistolet bien en vue, et se promener en Dodge Charger, des voitures qui ont un air menaçant. Il y a là une dérive qui vient des séries policières américaines. Est-ce qu’on peut arrêter de jouer aux cowboys comme aux États-Unis? J’aime les policiers à vélo, à pied, et si certains ne portaient pas de gilets pare-balles, ça me ferait grand plaisir.

***
Quiz : Connaissez-vous votre métro?

À quelle station faut-il descendre pour aller à l’hôtel de ville?
Champ-de-Mars.

Combien de stations compte le métro sur le territoire de Montréal?
75.

Quel est le coût d’une CAM pour étudiants?
Je paye celle de ma fille chaque mois… 48$?

Quelles sont les deux stations de métro les plus éloignées l’une de l’autre?
Berri-UQAM et Jean-Drapeau.

Quel est le nom du directeur général de la STM?
Carl Desrosiers.

***
Réponses: Champ-de-Mars, 64, 45$, Berri-UQAM et Jean-Drapeau, Carl Desrosiers.

Série

Aussi dans Les élections municipales 2013:

blog comments powered by Disqus