Arnaud Stopa TC Media Des jeux, un faux gazon et des bacs à fleurs devront être retirés à la suite d’une plainte d’une résidente.

Des jeux pour enfants aménagés dans une ruelle verte d’Hochelaga risquent de disparaître après le dépôt de plainte citoyenne.

La ruelle verte Vimont existe depuis cinq ans. L’été passé, les installations amovibles de jeux pour enfants, d’un gazon synthétique et de bacs à fleurs ont fait l’objet d’une plainte d’une résidente auprès de l’ombudsman de la Ville de Montréal pour entrave à la circulation.

«C’est incompréhensible, puisque cette partie de la rue est déjà fermée à la circulation avec des bacs en béton posés par les cols bleus et il n’y a aucun portail qui donne sur les jeux», a affirmé Marie-Ève Rancourt, du comité de la ruelle.

Il y a un mois l’ombudsman a tranché en suggérant de remettre la ruelle dans l’état qu’elle était lors de l’établissement de son plan d’aménagement en 2012. Le comité de la ruelle a reçu un avis de l’arrondissement, qui a décidé de suivre celui de l’ombudsman. Les citoyens ont jusqu’au 19 juin pour se plier aux exigences réglementaires.

Or, pour le comité, il n’en est pas question. «Une ruelle vit et s’adapte aux besoins de ses résidents qui l’améliorent et se l’approprient», a dit Marie-Ève Rancourt.

Discussions
La conseillère de ville de Maisonneuve–Longue-Pointe, Laurence Lavigne-Lalonde, est chagrinée que le comité ait fermé la porte à des pistes de solutions qui peuvent convenir à tout le monde lors d’une rencontre au début du mois. «Je leur ai proposé de faire un nouveau plan d’aménagement où les jeux seraient déplacés à une autre entrée de la ruelle, afin d’éloigner les désagréments de la résidence de la plaignante, mais j’ai eu une fin de non-recevoir.»

Pourtant, le comité de la ruelle considère aujourd’hui la possibilité de revoir ce plan pour y intégrer les nouveaux aménagements. Il a, de plus, déjà fait des approches auprès de la plaignante, qui est incommodée surtout par le bruit des enfants qui jouent. La ruelle Vimont, en raison de son étroitesse, ne permet pas aux jeunes de jouer sur l’ensemble de la rue, mais seulement à ses extrémités.

«Nous avons retiré les jeux les plus bruyants, mais la plaignante nous a expliqué que la ruelle était pour elle une perte de qualité de vie et que son appartement perdait de la valeur. Elle est prête à tout pour fermer la ruelle», a indiqué Célia Foizon, membre du comité.

Selon les élus, la plaignante fait état de l’utilisation de la ruelle par une garderie installée proche. «Il ne faut pas que cela devienne une annexe de la garderie, a déclaré le maire d’arrondissement, Réal Ménard. Je reconnais que l’utilisation faite par les citoyens a dépassé le cadre initial, que les modules de jeux n’étaient pas planifiés. Des démarches sont entreprises pour trouver une solution et autoriser les jeux.»

Dans cette optique, la conseillère de ville et le comité de la ruelle doivent se rencontrer sous peu. «Il n’est aucunement question de fermer la ruelle. Il existe toujours un espace de discussion pour ménager les personnes et éviter une escalade entre les résidents», a estimé Laurence Lavigne-Lalonde.

Le maire Réal Ménard abonde dans ce sens et reste ouvert à une solution équitable pour tous les partis. «Mais il est hors de question qu’on vienne démanteler les jeux pour enfants dès le 19 juin.»

La conseillère de ville ne comprend pas toutefois comment la plainte d’une unique personne peut aller à l’encontre d’une ruelle qui a reçu l’appui de la majorité de citoyens mitoyen de la ruelle. «C’est un avis oral qui a été donné à la direction de l’arrondissement. L’avis écrit ne sera rendu qu’au moment où la mairie aura agi. On comprendra mieux pourquoi elle a décidé le retrait à ce moment-là.»

Mise à jour

Après la publication de l’article, le maire Réal Ménard est allé sur place voir les installations et faire du porte-à-porte pour finalement appuyer le projet. «C’est ce qu’on veut dans nos ruelles, c’est dans l’esprit du quartier que les citoyens s’approprient leur ruelle.»

Le maire indique aussi que son administration a été avisée de ne plus envoyer d’avertissements aux comités de ruelle. «Ce sont des installations à l’échelle du quartier, c’est tout ce qu’il a de plus sympathique comme projet. Nous encourageons cela.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!