Audrey Gauthier/TC Media De nombreux piétons ont décidé de traverser la rue même sans attendre l'immobilisation complète des conducteurs.

Peinture effacée, véhicules rapides, le nouveau projet de piétonnisation de la rue Ontario mis en place par les élus il y a plus d’un mois suscite les critiques des piétons.

L’importance de l’achalandage automobile ainsi que piétonnier entre les avenues Valois et Bourbonnière a grandement usé la peinture terracotta, peint sur ce tronçon de la rue Ontario, à la fin du mois de juin. Plusieurs endroits ont pâli et d’autres sont même revenus à leur couleur originale.

Toutefois, ce qui dérange le plus, c’est la difficulté de traverser aux intersections, alors que les piétons sont censés avoir priorité. «La peinture avait été ajoutée pour délimiter une zone piétonne et ça ne se voit pas sur le terrain. Les automobilistes ne ralentissent pas quand ils circulent à cet endroit et ne laissent pas passer les piétons», déplore Suzanne Nadeau, résidente de Hochelaga-Maisonneuve depuis 22 ans.

«Je traverse ce secteur environ 50 fois par jour et c’est toujours aussi dangereux, surtout pour les enfants», ajoute Marie-France Coulombe, une résidente de l’avenue Valois.

Les commentaires sur cet endroit, surnommé la «Place Rouge» par certains, pullulent sur les réseaux sociaux.

Lors du passage de TC Media, seulement quelques voitures ont cédé le passage aux piétons. La majorité a contourné les piétons ou seulement ralenti le temps que ces derniers ne soient plus devant eux. De nombreux cyclistes et citoyens se sont imposés sur la voie routière pour obliger les conducteurs à s’arrêter. Une fillette a même crié aux voitures de s’immobiliser pendant qu’elle traversait la rue avec son père.

Malgré les inconvénients, de nombreux résidents rencontrés se sont dits satisfaits des placottoirs installés sur le côté sud de la rue Ontario.

Trop tôt pour une évaluation
Le conseiller de Hochelaga-Maisonneuve précise qu’il est encore trop tôt pour faire le bilan de ce projet «de réorganisation de l’espace». «C’est encore trop embryonnaire pour faire une bonne évaluation des forces et faiblesses de l’initiative. Toutefois, ce n’est qu’un projet-pilote. Les installations sont temporaires et modulables et nous nous pencherons sur les commentaires des partenaires et utilisateurs pour développer le projet», souligne Éric Alan Caldwell.

L’administration locale s’est d’ailleurs dite à la recherche de commentaires afin d’effectuer un constat global du projet.

«Je crois qu’il faudrait davantage sensibiliser les automobilistes sur les passages piétons», suggère Suzanne Nadeau, résidente.

Marie-France Coulombe propose quant à elle de faire une piétonnisation partielle du tronçon, où il y aurait une voie réservée pour les cyclistes et piétons ainsi qu’une voie pour les véhicules routiers.

Cette initiative est l’un des cinq projets retenus et financés par le Programme d’implantation de rues piétonnes ou partagées de la Direction des transports de la Ville de Montréal. Les aménagements et installations s’élèvent à 200 000$ pour cet été.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!