Collaboration spéciale Jean Pagé, insulaire de longue date, est porte-parole de Procure

Constatant que les hommes négligent trop souvent leur bien-être, l’animateur Jean Pagé, un résident de longue date de L’Île-des-Sœurs, a décidé de s’impliquer auprès de la fondation Procure, qui vise à aider la lutte au cancer de la prostate. Lui-même atteint par cette maladie qui affecte environ 4600 hommes par années au Québec, il souhaite casser les tabous.

«Je trouvais que les hommes ne prenaient pas leur santé en main. On prend plus soin de notre auto que de notre corps», image Jean Pagé.

La Journée québécoise du cancer de la prostate, qui n’en est qu’à sa deuxième année, est un indicateur des avancées en termes de conscientisation.

«Il y avait un tabou autour de ce type de cancer et les hommes n’osaient pas en parler. Je suis en quelque sorte sortie du placard afin que les gens comprennent qu’ils ne sont pas seuls dans ce qu’ils vivent», explique M. Pagé.

L’animateur a reçu son diagnostic il y a près de 20 ans, mais ce n’est qu’en 2003 qu’il devient porte-parole de Procure. Il constate que grâce à cette fondation, les hommes sont maintenant beaucoup moins craintifs quand vient le temps de partager leur expérience.

Aide au bout du fil
Incontinence, dysfonction érectile et autres problèmes de santé peuvent survenir lorsqu’on se fait traiter pour le cancer de la prostate, entraînant beaucoup d’incertitudes chez les patients.

Parmi les initiatives de Procure, celle dont M. Pagé est le plus fier est la création d’une ligne d’aide téléphonique. «Lorsqu’on reçoit le diagnostic, le seul mot que l’on retient est cancer. Mais une fois que c’est passé, nous avons une tonne de questions et nulle part où nous tourner», dit-il.

Dans de telles situations, l’entourage de la personne atteinte est très important. «La majorité des appels que nous recevons proviennent de femmes. L’entourage du patient est donc très important», soutient Laurent Proulx, directeur général de Procure.

Pour M. Pagé, la sensibilisation doit s’intensifier pour s’assurer que les hommes de plus de 50 ans passent un examen physique de dépistage.

«On ne peut se permettre de perdre un chum, un père ou un frère, car celui-ci a été négligent. C’est une maladie sans symptômes qui se contrôle très bien si on la détecte à temps», estime M. Pagé.

Noeudvembre
Encore cette année, Procure organise une campagne de mobilisation durant tout le mois de novembre centrée principalement sur la vente de nœuds papillon, accessible à tous, hommes comme femmes.

«Contrairement à la moustache, tout le monde peut porter le nœud papillon. C’est important pour les hommes atteints de savoir que tous leurs proches sont avec eux», dit M. Proulx, qui a également reçu un diagnostic du cancer de la prostate.

L’argent amassé sert directement à la recherche. Procure est associé aux quatre grands centres de recherche hospitaliers du Québec. Vous pouvez vous procurer le nœud à: effetpapillon.noeudvembre.ca

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!