Le Messager LaSalle - Pascaline David La conservation de la Carmantine d’Amérique, une espèce menacée, permettra de garder les écosystèmes de l’île Rock et ceux avoisinants en bonne santé grâce à la biodiversité.

Des efforts seront réalisés pour protéger la Carmantine d’Amérique, une plante aquatique rare qui se trouve notamment à l’île Rock, située face aux berges laSalloises. L’organisme Héritage Laurentien est à coordonner un projet de conservation et de sensibilisation des visiteurs qui s’échelonne sur trois ans, afin de sauvegarder cette espèce menacée.

À l’échelle provinciale, la fragilité de cette plante est liée à la pollution de l’eau et au remblayage. Sur l’île Rock en particulier, le piétinement par les visiteurs ainsi que la présence concurrentielle du phragmite, un type de roseau si dense que même les canards peinent à s’y faufiler, sont en cause.

Héritage Laurentien y aménage donc des panneaux de balisage et d’information sur la Carmantine, ainsi que deux accès officiels. Un gardien de l’île, Duane Boisclair, a été nouvellement embauché pour sensibiliser les visiteurs au projet et arracher les plants de phragmites.

«La plupart des gens sont vraiment curieux et intéressés, de bonnes discussions se créent autour du projet», indique M. Boisclair. Selon lui, ce programme de conservation est un modèle miniature de ce qui devrait être fait à plus grande échelle pour conserver les espèces, les habitats floristiques et le fleuve.

«Le but est que la communauté d’utilisateurs soit capable de s’autogérer pour utiliser l’île de façon durable à la fin du programme», explique Jason Di Fiore, directeur d’Héritage Laurentien.

Les déchets sont aussi ramassés et une toilette compostable est en cours d’installation. «Si les gens sont capables d’arriver avec une glacière et des bières pleines, ils peuvent repartir avec quand elles sont vides», ajoute M. Di Fiore, indiquant que les visiteurs sont invités à laisser le moins de traces possible de leur passage.

Rareté
La Carmantine fait partie des plantes aquatiques les plus rares du Québec. À l’origine, il y avait 14 endroits où elle poussait. Aujourd’hui, il n’en reste que cinq.

Sa reproduction sexuée est peu efficace, car à défaut d’être butinée par des insectes ou oiseaux, elle produit des graines qui se disséminent grâce au courant dans un rayon très réduit et a donc de la difficulté à coloniser de nouveaux milieux.

Débuté en automne dernier, le programme a permis de constater que les plants de Carmantine étaient fragmentés en 4 à 5 massifs, alors qu’ils formaient jadis une dalle homogène autour de l’île, rendant d’autant plus difficile sa reproduction.

Le phragmite, à l’inverse, est difficile à éradiquer. «On n’est pas certains de comment il est arrivé là, mais on soupçonne les chasseurs qui l’utilisent pour camoufler leurs bateaux en allant sur l’île, située juste en dehors du refuge pour oiseaux», soutient M. Di Fiore.

Très présent sur les berges du parc des Rapides notamment, ce roseau est contrôlé depuis plus de 20 ans.

Partenaires
Héritage Laurentien a reçu 50 000 $ sur trois ans via le programme d’intendance de l’habitat des espèces menacées d’Environnement Canada, correspondant à 50% du financement nécessaire. En contrepartie, il a dû trouver des partenaires pour subventionner la balance.

Le ministère de l’Environnement et Conservation de la nature Canada apportent notamment un soutien d’expertise pour mettre en place un plan de conservation de l’île.

Les employés de Kayak sans frontières (KSF), à LaSalle, et Navi, à Verdun, sont formés spécialement pour sensibiliser leurs clients à la problématique.

Des agents du service de protection de la faune restent également disponibles pour donner des constats d’infraction lorsque la sensibilisation est infructueuse.

Héritage Laurentien peut aussi compter sur des partenaires corporatifs comme la Brasserie Labatt, et Keurig Canada.

L’île Rock
D’une superficie de 2300 m2, l’ilot rocheux s’érige dans les rapides de Lachine, près de l’Île aux chèvres et l’île Mud Pie, notamment. Cet habitat floristique est protégé depuis 1998.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!