Mario Beauregard/Métro

Après avoir brigué la mairie de Montréal en 2013, l’éditeur Michel Brûlé va tenter sa chance, en novembre, à la mairie du Plateau–Mont-Royal face au maire sortant, Luc Ferrandez.

Cette année, Michel Brûlé a revu ses ambitions. Alors qu’une candidature, encore, face à Denis Coderre le titillait une nouvelle fois, celui qui avait obtenu 1,36% des suffrages en 2013 a finalement décidé de se tourner vers l’arrondissement dans lequel il réside depuis 1986.

«En 2013, j’ai beaucoup souffert car je n’avais aucune visibilité médiatique, explique le fondateur du parti Intégrité Montréal, devenu Plateau sans frontières. C’est sûr que la mairie de Montréal m’intéresse toujours, mais je ne voulais plus revivre la même chose. Et il y a beaucoup à faire sur le Plateau.»

Personnage «coloré», tel qu’il se définit lui-même, Michel Brûlé refusera, tout au long de l’entrevue, de nommer le maire sortant, Luc Ferrandez. L’élu de Projet Montréal, en poste depuis 2009, est dans sa mire. «Il avait promis de ne se présenter que pour deux mandats [promesse faite en 2011 sur un plateau de télévision], assure l’éditeur. Moi, c’est connu, je ne pratique pas la langue de bois et ni le mensonge.»

«Le maire sortant [Luc Ferrandez] est un maire sectaire, moi je veux être le maire de tout le monde, des piétons, des cyclistes, des automobilistes et des commerçants.» –Michel Brûlé

Une avenue Mont-Royal piétonne
Tout en montrant ses 210 signatures qu’il vient de recueillir ces derniers jours, Michel Brûlé présente ses principales mesures, qu’il peaufine parfois au cours de la discussion. Sa priorité? «Faire de l’avenue du Mont-Royal une avenue commerciale et piétonne», indique-t-il, en précisant que celle-ci «serait probablement à thématique amérindienne».

«Puisque les Premières nations ont été oubliés des fêtes du 375e, je veux faire un musée à ciel ouvert», dévoile-t-il, en tentant d’illustrer, avec ses mains, les «grandes sculptures» qu’il souhaite installer sur l’artère qui serait interdite aux véhicules. «Et ça se fera au plus vite», clame-t-il. Quitte à faire appel «à des entreprises étrangères, car je ne veux pas que ça traîne», ajoute-t-il, avant d’évoquer «le labyrinthe» que serait devenu le Plateau.

«On a érigé un mur virtuel, imagine l’écrivain de 53 ans. Il y a des sens uniques partout et tout le monde tourne en rond et ça produit beaucoup trop de pollution.»

Pour accéder à cet axe, Michel Brûlé imagine des stationnements à étages, dans les rues voisines, mais aussi «des bornes électriques partout sur le Plateau». «Les gens n’auront ensuite qu’à marcher», insiste celui qui dit être «un gars simple qui ne possède pas de voiture.»

«Homme daffaires de gauche»
Se définissant comme «une homme d’affaires de gauche», Michel Brûlé promet également de se rapprocher des commerçants. «En 30 ans, je n’ai jamais vu autant de locaux à louer et de restaurants de qualité fermer. Mais la fermeture d’un commerce, ce sont des vies brisées. Moi, ça me fend le cœur. Il ne faut pas les voir comme de sales capitalistes exploiteurs», lance-t-il, avant de parler de ce qu’il nomme «le phénomène Mc Plateau».

«On ouvre des chaînes américaines et canadiennes, mais les petits commerçants n’ont plus leur place. Ça me décourage», reprend celui qui s’imagine comme «un maire rassembleur».

Lutter contre le vol de vélos sera également l’une de ses priorités. «Je me suis fait voler 5 vélos, sans compter les roues avant et les selles. C’est terrible. Il faut agir en concertation avec la police», soutient-il, avant d’imaginer l’ouverture d’un marché public, éventuellement «dans le parc La Fontaine qui est sous utilisé».

Michel Brûlé affrontera notamment le 5 novembre Luc Ferrandez (Projet Montréal). Ni le parti du maire de Montréal, Denis Coderre, ni Vrai changement pour Montréal n’ont encore présenté de candidat dans cet arrondissement.

Ses principales mesures:

  • Une avenue Mont-Royal piétonne
  • Des hommages aux Premières nations
  • Des stationnements à étage et sous-terrain
  • Une politique pour lutter contre les vols de vélos
  • Plus de stationnements pour les vélos
  • Une vignette gratuite de stationnement par adresse
  • Un marché public

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!