Archives TC Media Les travaux sur le réseau autoroutier dans le cadre du projet d'optimisation de l'autoroute 25 devraient être terminés en décembre prochain. Ensuite, il ne restera que des interventions à faire sur le réseau municipal.

Dans le cadre des travaux d’optimisation de l’autoroute 25, des ajustements ont été apportés au projet afin d’améliorer la sécurité des cyclistes qui emprunteront l’échangeur de la rue Sherbrooke.

Après de nouvelles analyses sur le terrain, la surface disponible permettra finalement d’implanter une bande cyclable de chaque côté de l’échangeur Sherbrooke avec du marquage au sol.

Un gain pour le Collectif en environnement de Mercier-Est qui se bat depuis deux ans pour inclure des aménagements sécuritaires pour les cyclistes à cet endroit.

«C’est une grande avancée et je suis heureux à 85% de notre victoire citoyenne», de commenter Raymond Moquin, président du Collectif en environnement de Mercier-Est.

Pour obtenir entière satisfaction, M. Moquin aimerait que le marquage au sol soit plutôt remplacé par un revêtement thermoplastique le long du parcours. Un aménagement plus durable.

Autre nouveauté, la rue Curatteau, appelée à être une voie locale avec le réaménagement du secteur, deviendra une chaussée désignée pour les vélos. Des pictogrammes de bicyclette seront peints au sol, avisant les gens que les cyclistes sont les bienvenus et que la cohabitation est de mise.

La chaussée désignée de la rue Curatteau permettra aux cyclistes de joindre la piste multifonctionnelle prévue dans les travaux du ministère des Transports (MTQ) et déjà en construction. Puis à terme, de se rendre jusqu’à la piste cyclable de la rue Notre-Dame.

La finalité de cette dernière portion demeure toutefois encore à établir. Le souhait de plusieurs citoyens est d’utiliser l’espace vert entre les rues Lecourt et Notre-Dame pour y faire passer une piste cyclable. Ainsi, les cyclistes auraient un véritable axe nord-sud reliant les rues Sherbrooke et Notre-Dame.

Des discussions devront avoir lieu entre les résidents adjacents à l’espace vert, le MTQ et le Conseil régional en environnement de Montréal, chargé de proposer lesdits aménagements, pour concrétiser le tout.

Si les cyclistes ont eu droit à de bonnes nouvelles, ce n’est pas le cas pour tous les citoyens présents à la soirée d’information organisée par le MTQ, le 4 mai dernier.

Comme lors des assemblées précédentes d’avril et de novembre 2016, plusieurs personnes n’en peuvent plus du bruit des travaux et les gens du ministère ont bien peu de solutions à proposer.

«Des marteaux-piqueurs en pleine nuit ou des employés qui travaillent encore à 21h15 – alors que les heures des travaux sont censées être de 7h à 19h – c’est infernal», de souligner des citoyens exaspérés et épuisés en raison du manque de sommeil.

Les plaignants aimeraient que la hauteur du mur antibruit soit augmentée, mais les représentants du ministère estiment que la dépense ne serait pas justifiée.

«En plus d’augmenter les coûts, cette mesure ne garantirait pas de meilleurs résultats», a indiqué Alexandre Debs, directeur de projet au MTQ.

Des propos qui font bondir les gens.

«Donc un mur antibruit de 10 pieds c’est censé être efficace et un mur qui aurait plutôt une hauteur de 15 pieds pour couper davantage de son ne serait pas plus efficace? C’est n’importe quoi leur affaire», de fustiger M. Lemieux, rencontré à la sortie avant de quitter les lieux.

Les citoyens devront vraisemblablement faire preuve de patience puisque les travaux ne font que commencer.

Durant cette seconde phase, les employés procéderont au réaménagement de la rue Curatteau, à la reconstruction du mur antibruit, à l’ajout d’une troisième voie sur l’autoroute, au déplacement de la sortie #5-E et au prolongement de la voie de desserte entre les rues Hochelaga et Sherbrooke. Le tout du côté des résidences des gens.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!