Archives TC Media Stella Jetté est la porte-parole de l'organisme Montréal-Noir.

Une pétition de 700 noms a été déposée au conseil d’arrondissement de Montréal-Nord lundi soir pour réclamer, notamment, une fresque murale à l’effigie de Fredy Villanueva au cours d’une séance très mouvementée.

Élue mairesse de l’arrondissement le 24 avril, Christine Black a vécu un premier conseil tendu devant une salle comble, avec près de 80 personnes. L’élue a même dû faire face aux réclamations de nombreux citoyens après avoir stoppé la séance de questions au bout d’une quarantaine de minutes (contre 30 minutes selon le règlement de l’arrondissement) alors qu’une quinzaine de citoyens attendaient encore leur tour.

Parmi eux, Solo Fugère et Ricardo Lamour, acteurs de la pièce de théâtre Fredy, jouée à La Licorne en mars, qui représentaient un comité de citoyens et de proches de la famille Villanueva et qui ont remis en fin de séance une pétition de 700 noms à Rachel Laperrière, la directrice de Montréal-Nord.

Les signataires réclament notamment à l’administration la reconnaissance du décès de Fredy Villanueva dans l’histoire de l’arrondissement, un appui pour la mise en place d’un monument à la mémoire du jeune homme à l’endroit où il a été abattu ou encore la présence de son visage sur la fresque murale qui était prévue pour le centenaire de l’arrondissement, mais dont la réalisation a été repoussée à une date ultérieure.

Un plan de lutte contre la pauvreté en préparation
D’autres revendications ont également été signifiées durant ce conseil où il a beaucoup été question de la mort de Jean-Pierre Bony, de la lutte contre la pauvreté et d’une commission sur le racisme systémique.

Déjà présente le 20 avril devant le poste de quartier 39 en compagnie de Montréal-Nord Republik, Stella Jetté, membre du groupe Montréal-Noir, a demandé à nouveau la fin du profilage racial dans l’arrondissement ainsi qu’une transparence sur l’enquête policière visant l’intervention des forces de l’ordres sur la rue Arthur-Chevrier le 31 mars.

Si elle a avoué ne pas pouvoir agir sur ces demandes, Christine Black a reconnu travailler sur la mise en place prochaine d’un «plan de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, destinée prioritairement aux jeunes.»

Des citoyens réclament l’engagement de Christine Black
«Des actions vont être mises en place. Ce n’est pas un plan qui restera sur les tablettes. On veut que ça bouge et que nos jeunes aillent mieux», a assuré la mairesse avant d’être stoppée par un chant de quelques citoyens affirmant «qu’il y a trop de morts à Montréal-Nord».

«Chaque décès qu’on vit, c’est un décès de trop, a répondu l’ex-directrice du Centre de jeunes l’Escale. J’ai une sensibilité pour les communautés culturelle. Il faut surmonter les difficultés et avancer ensemble.»

Alors qu’il a été demandé à plusieurs reprises, parfois sous les applaudissements de la foule, à Christine Black «de réagir» et de «s’engager», cette dernière a répondu qu’elle ne s’«engage pas sur des éléments» car elle vient «d’arriver», mais promet «d’y travailler.»

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!