Mario Beauregard/TC Media Doug Lawrence (gauche) et Daniel Farr posent dans leurs uniformes militaires en novembre 2016 à Pointe-aux-Trembles.

Corée du Sud, Chypre, Somalie, Bosnie: deux vétérans canadiens de deux générations différentes témoignent de leur service militaires et de leur fierté d’avoir servi leur pays.

C’est dans un appartement de la rue Notre-Dame que Doug Lawrence, 83 ans, et Daniel Farr, 58 ans, nous accueillent pour raconter ce qu’ils ont vécu en zone de conflit. Ensemble, ils parlent de l’horreur de la guerre, mais aussi de la fierté du service.

Guerre de Corée

Janvier 1952. Doug Lawrence débarque en Corée au sein de la Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (PPCLI). Il n’a que 18 ans.

À peine arrivés, il s’installe avec les autres jeunes soldats dans un bunker au haut d’une colline. Leur rôle: la défendre contre l’ennemi communiste, malgré le froid, les attaques de roquettes et de bombes au napalm. Certains n’y survivront pas.

«Un de mes grands chums, un Indien, était à côté de moi pis il grouillait pas. Je lui ai demandé un chargeur pour mon [mitrailleur], mais il était mort, d’une balle à la tête.»

C’est dans ce bunker que le jeune soldat tombe malade à cause d’une morsure de rat qui s’infecte rapidement. «Quand je suis revenu de Corée, j’avais un peu de syndrome de stress post-traumatique. Ma belle-mère avait un chat qui m’a sauté dessus. Tout de suite, mon cerveau s’est dit « un rat! » Le chat a fini à travers la fenêtre!»

« Tu vois pas le monde en bas des collines, la nuit. Des fois tu vois des yeux. Tu tires dessus.» – Doug Lawrence

De retour au Canada en 1955, il quitte l’armée. Après divers petits boulots, on l’embauche à l’usine de Union Carbide de Montréal-Est, où il œuvre pendant 33 ans. «En sortant de l’armée, il n’y avait pas de job […] Ça ne m’a pas pris de temps à m’adapter, mais il y en a d’autres qui ont de la misère encore aujourd’hui. J’avais la tête dure (rires).»

Souvenirs d’un Casque bleu

Tout juste à côté, Daniel Farr écoute son ami faire le récit de ses faits d’armes avec admiration. «Je suis très honoré de connaître ce monsieur-là», dit le vétéran, qui a lui-même servi dans l’armée au sein de diverses missions de maintien de la paix de l’ONU ou de l’OTAN.

«Je regarde les émissions télé sur la Première Guerre mondiale, la Deuxième, la Guerre de Corée. Ils sont passés à travers. Ça me donne des frissons. Ils ont vécu des moments déplorables pour une cause extraordinaire. Ils ont laissé leur vie pour nous.»

«J’ai les larmes [aux yeux] à partir de la semaine d’avant 11 novembre.» – Daniel Farr

Un résident de Pointe-aux-Trembles également, M. Farr grandit à Rouyn-Noranda, où après «une jeunesse assez bouleversée», il s’engage dans l’armée à 18 ans, en 1976. L’année suivante, lui et son régiment de blindés, le Royal Canadians Dragoons (RCD), sont déployés à Chypre pour surveiller la zone tampon entre les parties grecque et turque de l’île.

En Somalie, en 1993, «on a eu plus de misère», explique-t-il. «Des fois, deux clans se mettaient ensemble pour taper sur un autre clan, mais deux semaines plus tard, ces deux clans se mettaient à se taper dessus.»

Bouleversé par la pauvreté et la faim dans ce pays, M. Farr a la nostalgie d’une armée différente. «Nous comme soldats canadiens, notre rôle était de leur montrer qu’il y a d’autres façons de vivre que de se taper dessus. Nous essayions de construire et réparer des écoles, réparer des puits avec nos ingénieurs, refaire des routes. C’est un peu ça que l’armée canadienne faisait si bien dans le passé et qui ne se fait plus tellement. Faudrait peut-être revenir à ça.»

Daniel Farr exhibe ses médailles, dont certaines reçues pour son service militaire au sein de forces de l’ONU ou et de l’OTAN en ex-Yougoslavie, à Chypre et en Somalie.

Daniel Farr exhibe ses médailles, dont certaines reçues pour son service militaire au sein de forces de l’ONU ou et de l’OTAN en ex-Yougoslavie, à Chypre et en Somalie.

En 1998, à son premier déploiement en Bosnie. M. Farr découvre les conflits interethniques des Balkans. «Et nous, nous allons au milieu pour dire: arrêtez de vous tirer dessus.»  Et des fois, bing!, bang!, boum!, c’est nous qui nous faisons tirer dessus. Ç’a été six mois comme ça.»

«À mon deuxième tour en 2001, je croyais voir une amélioration. J’ai été déçu», confie-t-il en mentionnant les atrocités de masse commises durant le conflit. Pressenti pour un déploiement en 2003, en Afghanistan, M. Farr a préféré prendre sa retraite, après 25 ans de service militaire.


Que vous inspire le jour du Souvenir?

«Veut, veut pas, tu pleures [pendant un défilé.]», témoigne Doug Lawrence. «Dans beaucoup de cas, nous avons de la famille, de la parenté qui a fait la guerre. J’ai des oncles qui ont servi durant la Deuxième Guerre mondiale.»

«Chaque fois que je marche dans les défilés, j’ai les yeux pleins d’eau et je marche fier», explique pour sa part Daniel Farr, qui a eu l’honneur d’être le sergent d’armes, dimanche, lors d’un défilé local des anciens combattants à Pointe-aux-Trembles et Montréal-Est.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus