La friche ferroviaire de Pointe-aux-Trembles, une chaîne de terrains vacants de plusieurs kilomètres, est l’objet d’une mobilisation citoyenne qui impressionne, selon un organisme qui aide les citoyens à se mobiliser pour ce genre de projet.

Depuis plusieurs semaines, des résidents se mobilisent pour transformer en espace public une ancienne emprise ferroviaire à l’abandon de 4,5 km appartenant à l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

Une rencontre publique avait lieu mardi dernier entre les citoyens intéressés et des représentants de l’organisme Lande. «Pour une première rencontre, cette mobilisation est encore plus grosse que celles pour nos projets précédents», a noté le cofondateur de Lande, l’urbaniste Mikael St-Pierre.

Un employé de la Corporation communautaire de la Pointe a fait un constat similaire. «Une mobilisation citoyenne comme ça à Pointe-aux-Trembles, pour se réapproprier un espace, c’est très rare», a relevé l’agent de développement René Rivest.

Les idées fusaient : piste cyclable, sentier de ski, patinoire, arboretum, promenade plantée comme à Paris, parc linéaire, parc à chiens, verger ou potager communautaire ou collectif, aires de repos, etc. Les participants ont également exprimé leur opposition à tout projet immobilier sur la friche. Ils ont aussi soulevé son potentiel de revitalisation pour un secteur moins nanti du Vieux-Pointe-aux-Trembles, entre la 18e Avenue et la rue du Colombier.

Une participante, Jessie Johansson, a particulièrement suscité l’intérêt des autres en exposant son idée de verger et de potager et en expliquant qu’elle avait même déjà pris contact avec un responsable de l’AMT.

Ouverture du côté de l’arrondissement

«Très heureuse» de constater cette forte volonté populaire, la mairesse de l’arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles  a aussi «un intérêt marqué» pour la friche. «Il doit y avoir de la verdure, un sentier fonctionnel pour les vélos, la marche et le jogging, un attrait pour les gens. Il faut aussi des points d’intérêts pour du développement économique. On n’a pas d’idée préconçue encore», indique Chantale Rouleau, en ajoutant qu’elle reçoit beaucoup de courriels au sujet de la friche.

La mairesse estime que tout aménagement devra correspondre à tous les âges et favoriser le développement économique du Vieux Pointe-aux-Trembles. Elle souligne notamment l’apparition de nouveaux commerces le long de la friche. «Il y a toutes sortes d’activités en marge de cette friche. Si on l’aménage correctement, ça sera une mise en valeur extrêmement intéressante pour le secteur»,  croit-elle.

Son administration, dit-elle, a déjà engagé des démarches et des discussions auprès de l’AMT, qui démontrait «beaucoup d’ouverture». Cependant, Mme Rouleau remarque que l’AMT est appelée à disparaître et à être remplacée par deux futures instances.

«Pour nous, ça signifie qu’avec l’appui de la population, nous retournerons voir les nouvelles instances aussitôt qu’elles seront en fonction et auront leur mandat, afin de reprendre le dossier et le réaliser dans des délais raisonnables», indique-t-elle.

Lande et l’arrondissement planifient une rencontre au cours des prochaines semaines.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus