Nicolas Ledain / TC Media Une cinquantaine de commerçants et citoyens, ainsi que la mairesse Rouleau, ont participé à cette soirée sur la place du Village-de-la-Pointe-aux-Trembles.

L’Association des commerçants et professionnels du Vieux-Pointe-aux-Trembles (ACPVPAT) a organisé une consultation publique pour stimuler ce secteur.

Ancien point central de Pointe-aux-Trembles, le quartier qui s’étale autour du croisement entre la rue Notre-Dame et le boulevard Saint-Jean-Baptiste a souffert du développement des grands centres commerciaux de la rue Sherbrooke et de l’intensification de la circulation automobile depuis un peu plus d’un demi-siècle.

L’ACPVPAT a donc convié la communauté locale sur la place du Village-de-la-Pointe-aux-Trembles, le 31 août, pour l’encourager à se réapproprier cet espace.

«On voulait écouter les attentes et les besoins, car nous avons de beaux espaces à combler. Nous allons maintenant établir une stratégie de développement commercial et rencontrer la Ville pour répondre au mieux aux demandes de tous», précise Nathalie Labbé, commerçante de la rue Notre-Dame et présidente de l’ACPVPAT.

Les représentants de la direction du développement du territoire de l’arrondissement de Rivière-des-Prairies – Pointe-aux-Trembles et la mairesse Chantal Rouleau ont participé à cette soirée, car l’arrondissement encourage cette démarche de l’association.

«C’est un secteur qui a été florissant puis qui a connu la décrépitude […], nous souhaitons recréer un esprit de quartier avec des commerces de proximité», ambitionne Mme Rouleau.

Durant cet événement public qui a rassemblé près d’une cinquantaine de personnes, les propositions ont fusé, comme ralentir la vitesse, installer des terrasses, créer une nouvelle signalétique des lieux historiques, améliorer l’éclairage ou encore proposer de nouveaux espaces de stationnement… Mais l’enjeu qui a majoritairement reçu l’approbation des participants est la nécessité de se rassembler dans une démarche commune.

«J’ai été à l’origine d’associations de commerçants ici et on n’a jamais réussi à se souder. J’y crois! Je sais que c’est possible, mais c’est essentiel de se rencontrer et de se critiquer pour avancer», estime Joanne Paiement, propriétaire d’une épicerie fine de la rue Notre-Dame.

Ce constat est partagé par Catherine Nesterenko, conseillère pour PME Montréal Est-de-l’Île qui accompagne l’ACPVPAT dans sa démarche. Selon elle, la situation géographique de ce quartier est «un atout à travailler», mais il est primordial que cela soit fait en collaboration avec tous les acteurs du secteur.

«L’offre commerciale a grandement intérêt à être ajustée de manière à créer de la rétention dans le secteur. […] Il est primordial pour l’ACPVPAT d’entendre les demandes et de voir comment elle pourra arrimer ses actions commerciales à la volonté citoyenne», juge Mme Nesterenko.

L’ACPVPAT a créé une boîte courriel pour recueillir les idées et propositions pour redynamiser le quartier. Ces suggestions peuvent être envoyées à notrevieuxpat@gmail.com.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!