Isabelle Bergeron Le terrain de 27 000 pieds carrés, évalué à 281 341 $, a été cédé au CPE pour la somme symbolique de 1 $.

La Ville de Montréal-Est cédera une partie de ses terrains de tennis afin que le centre de la petite enfance (CPE) Tante Michèle, puisse s’y installer. Une décision qui soulève des inquiétudes auprès des citoyens qui considèrent que le terrain devrait plutôt être loué.

Le terrain de 27 000 pieds carrés, évalué à 281 341 $, a été cédé au CPE pour la somme symbolique de 1 $.

«Nous cédons le terrain, mais tous les autres frais, dont l’arpentage, les permis, l’enregistrement au registre foncier, les plans, la construction, seront à la charge du CPE», explique le maire, Robert Coutu.

Il explique que le CPE a des conditions à respecter afin de pouvoir acquérir le terrain en question.

«Nous voulons que la garderie reste afin d’assurer à nos citoyens des services de proximité, explique le maire. Mais ce ne sera pas à n’importe quel prix. Ces terrains seront toujours réservés à des fins institutionnelles, alors il ne faut pas être inquiets.»

Des citoyens mécontents
Plusieurs citoyens ont manifesté leur mécontentement face à cette décision de la Ville.

«Ce sont des terrains qui appartiennent aux citoyens, ils devraient être donc au service de ces derniers, a expliqué l’ex-conseiller municipal, Mario Bordeleau, lors de la période de questions de la dernière séance du conseil municipal. Personne ne peut nous garantir que dans 10 ans le CPE sera toujours là, alors je pense qu’on ne devrait pas le vendre.»

Une déclaration qui a reçu des appuis de la part de plusieurs citoyens présents au conseil municipal.

Joint par téléphone, M. Bordeleau indique qu’il n’est pas d’accord avec l’emplacement choisi pour la construction du nouveau CPE.

«Le maire dit que personne ne se sert du terrain, mais ce n’est pas vrai, dit l’ex-conseiller. Ma maison est située juste en face et il y a régulièrement des citoyens qui jouent là.»

Des citoyens ont également exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux

«La ville dit vouloir attirer des nouvelles familles, mais il n’y aura plus de piscine, plus de terrains de tennis, plus de terrains de baseball! Bravo», a commenté la citoyenne Marie-Josée Bondu.

«Plus d’église, plus de terrains de tennis, ils veulent attirer quelle genre de personnes s’il n’y a plus rien?», ajoute Sylvie Tremblay.

À l’attente de financement
Le maire Coutu indique que la ville est présentement à l’attente de nouvelles de la part de la direction du CPE

«En ce moment nous attendons des nouvelles du CPE. Ils doivent nous présenter des plans pour que nous puissions donner le feu vert au projet. Nous pensons que d’ici le mois de septembre, nous devrions avoir des nouvelles», dit-il.

Manon Brodeur, directrice du CPE, s’est dit satisfaite de la décision de la ville, et explique qu’elle est à l’attente de financement afin de procéder à la réalisation des plans du nouveau bâtiment.

«Je suis très contente parce qu’il s’agit d’un bon emplacement. Je devrais avoir des nouvelles concernant nos demandes de subvention d’ici les prochains mois afin que nous puissions avancer dans le projet», conclut-elle.

Rappelons que le bail du CPE de 80 places qui occupe présentement les locaux de l’église Saint-Octave, prendra fin le 31 janvier 2016, en raison de la mise en vente de l’église.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!