Collaboration spéciale Les artistes du collectif Doyon-Rivest en compagnie du président de l'AMT, Paul Côté et de la mairesse, Chantal Rouleau.

Neuf mois après le premier départ du Train de l’Est, la gare de Pointe-aux-Trembles a finalement été inaugurée. Celle qui aura coûté 16,4 M$, soit presque le double de celle de Rivière-des-Prairies (9,3 M$), permettra aux résidents du secteur de se rendre au centre-ville de Montréal en une quarantaine de minutes.

La gare qui était tout de même opérationnelle depuis le 6 juillet dernier, a ouvert ses portes six mois en retard en comparaison aux 11 autres gares de la ligne de Mascouche.

Depuis son ouverture, près de 120 personnes l’empruntent quotidiennement. Des chiffres qui réjouissent l’Agence métropolitaine de transport qui assure qu’ils respectent les prévisions d’achalandage pour cette gare.

«Ce sont des statistiques encourageantes. Nous sommes convaincus qu’à l’automne nous allons avoir encore plus d’utilisateurs et que le train sera très populaire auprès des citoyens du secteur», explique Fanie Clément St-Pierre, porte-parole de l’AMT.

Plus de départs
Paul Côté, nouveau président-directeur général de l’agence de transport, était présent lors de l’inauguration de la gare.

Il indique que des efforts seront mis de l’avant afin de faire connaître ce service à la population de Pointe-aux-Trembles.

Questionné sur une possible augmentation du nombre de départs sur la ligne, il a préféré ne pas s’avancer sur ce dossier.

«Notre but est celui d’améliorer le service. Nous ferons ce que nous sommes financièrement capables de faire, mais il ne faut pas oublier que nous avons d’autres lignes qui fonctionnent à pleine capacité et que nous ne pouvons pas délaisser», dit-il.

Pour sa part, la mairesse Chantal Rouleau s’est dit heureuse que le train soit finalement arrivé.

«L’arrivée de cette gare dans l’arrondissement permet non seulement de bonifier l’offre de transport collectif dans ce secteur de la ville, mais elle s’insère aussi dans un projet plus large de développement de notre territoire».

La gare dispose d’un édicule principal muni d’un ascenseur, d’une passerelle de liaison fermée entre le quai et l’édicule et d’un stationnement d’une capacité de 320 places. Il est également possible de stationner 28 vélos sur les lieux.

Au total, huit départs, entre 6 h du matin et 21 h seront disponibles pour les usagers qui souhaitent emprunter la ligne.

Art public
Conformément à la Politique d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement des bâtiments et sites publics, la gare de Pointe-aux-Trembles bénéficie d’une œuvre originale.

L’œuvre du collectif Doyon-Rivest intitulée, Le quotidien fantastique, se déploie sur les murs fenêtrés de la passerelle de 145 mètres qui relie le quai à l’édicule principal.

Elle est composée d’une série de motifs cernés dans des formes géométriques. Ces motifs sont fabriqués à partir d’objets du mode de vie contemporain photographiés et traités en haut contraste, assemblés et répétés dans ce qui pourrait rappeler une tapisserie.

«C’est une œuvre qu’on peut apprécier de loin et de proche. Qu’on peut redécouvrir à tous les jours et qui est très dynamique», conclut l’artiste Mathieu Doyon.

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!