FELIX O.J. FOURNIER TC MEDIA Le député Marc Tanguay (à droite) et le ministre de la Santé Gaétan Barrette ont fait l'annonce de cette prochaine ouverture au printemps 2017.

Près de six ans après la fermeture de la dernière clinique de radiologie du quartier, un nouveau laboratoire d’imagerie médicale satellite va ouvrir à Rivière-des-Prairies au printemps 2017.

«C’était une roche dans notre soulier», indique Patrice Phaneuf, directeur général de la clinique GMF 8260, qui accueillera ce nouveau centre dans ses locaux situés sur le boulevard Maurice-Duplessis.

Depuis 2011 et la fermeture de l’ancien service de radiologie situé sur le même boulevard, cette clinique conseillait à ses patients de se rendre plus de 6 km à l’ouest, à Montréal-Nord, à l’angle des boulevards Henri-Bourassa et Lacordaire.

Entre le transport et un achalandage élevé, «ce n’était pas appropriée», reconnait le ministre Gaétan Barrette, présent pour annoncer cette ouverture prochaine.

«C’est bien connu dans l’est que le transport en commun n’est pas très rapide. L’importance d’avoir des services de proximité s’illustre très clairement ici. Pour les patients, c’est un gain», précise le ministre de la Santé.

8 000 à 9 000 patients attendus
L’achalandage estimé pour cette nouvelle clinique de radiologie à Rivière-des-Prairies, sur une population d’environ 57 000 habitants.

Ce service de radiologie sera située sur le boulevard Maurice-Duplessis.

Ce service de radiologie sera situé sur le boulevard Maurice-Duplessis.

Une médication améliorée
Pour Patrice Phaneuf, la création de ce nouveau laboratoire d’imagerie médicale (LIM) satellite, qui prévoit près de 10 000 examens par an, aura un impact important sur le diagnostic et la médication aux patients.

«Certains de nos médecins nous disaient que, tout dépendant de la situation du patient, ils ne prescrivaient pas la radiologie car les gens ne pouvaient s’y rendre, déplore-t-il. Parfois, lorsqu’ils revenaient avec les films, leur médecin avait déjà quitté et ils voyaient un médecin de garde qui n’était pas au courant du dossier.»

Un point confirmé par le député Marc Tanguay, très impliqué dans ce dossier depuis son élection en 2012.

«Les gens me disaient dans mon bureau de comté: « Marc, mon enfant a été malade, je m’y suis rendu mais c’était compliqué ». C’est un service direct à la population, une étape extrêmement importante qui va nous aider à bonifier l’offre de santé. La santé a toujours été ma priorité», clame l’élu libéral.

Un outil pour recruter des médecins
Réalisée en collaboration avec le LIM RadiologiX Hochelaga, qui a obtenu l’autorisation gouvernementale pour son installation, la présence de ce centre de radiologie devrait accélérer également le recrutement de nouveaux médecins de famille dans Rivière-des-Prairies.

«Recruter des médecins de famille sans radiologie, c’est l’enfer», reconnaît le ministre Barrette.

«Après le stéthoscope, c’est l’item le plus important pour un médecin», assure Patrice Phaneuf, qui prévoit d’intégrer au-moins deux praticiens ces prochains mois, après avoir souffert ces dernières années.

«La venue de la radiologie n’est pas étrangère à leur choix. Par le passé, on a eu plusieurs visites, mais c’était le point qui gênait. On n’arrivait jamais à conclure et ça nous empêchait de recruter.»

Bien qu’installé dans un bâtiment privé, ce service sera totalement public et pris en charge par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!