Isabelle Bergeron/TC Media Le poète prairivois Jean-Luc Proulx a mérité une bourse au prestigieux Centre des arts de Banff, en Alberta.

Passionné des arts de la parole, des émotions et de la poésie, l’artiste prairivois Jean-Luc Proulx a réussi tout un exploit dans le monde de la création littéraire. Le 27 mars prochain, il s’envolera au cœur des montagnes Rocheuses où il passera deux semaines en compagnie des poètes de la relève des quatre coins du monde.

L’artiste qui habite le quartier de Rivière-des-Prairies depuis près de sept ans, s’est mérité une place à la résidence de création en poésie du Centre des arts de Banff, en Alberta. L’un des établissements culturels les plus prestigieux de l’Amérique du Nord.

«Il n’y avait que 15 places dans ce programme, et j’ai été l’un des heureux sélectionnés, explique le poète. Ce sera une très belle expérience qui me permettra de perfectionner mon écriture et m’apprendra des nouvelles techniques pour mieux me présenter devant le public.»

L’artiste, qui a travaillé en tant qu’enseignant de français et d’arts plastiques tout au long de sa vie, se concentre depuis quatre ans dans le récit de poèmes composés par lui-même.

«J’aime beaucoup lire mes créations en public. Quand on sait qu’on va présenter notre œuvre à voix haute devant les gens, on écrit différemment, dit-il. Mes textes deviennent poésie seulement, s’ils sont partagés avec le public, autrement, ce sont juste des émotions sur un petit bout de papier.»

Le poète, qui tire son inspiration de son entourage, a également remporté la première place du concours Dix heures de poésie réalisé dans le cadre du festival Montréal en lumière.

«C’était lors de l’événement de la Nuit blanche de Montréal. Nous étions 25 personnes et nous avons lu des poèmes écrits par nous-mêmes. Le jury présidé par l’actrice et activiste Chloé Sainte-Marie m’a décerné le premier prix du concours, ce qui me permettra à mon tour de faire partie du jury du concours l’année prochaine», raconte l’artiste.

La poésie, pont entre les deux rives
M. Proulx, qui a suivi de près les événements annoncés par la ville lors de la prochaine célébration du 375e anniversaire de Montréal, souhaite faire de la poésie, un pont entre les deux rives de son arrondissement.

Jean-Luc Proulx poète de RDP«On nous dit tout le temps qu’on veut que cette célébration serve de pont entre les différentes communautés de Montréal. À Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, nous sommes chanceux d’avoir d’un côté une rivière et de l’autre côté le fleuve. Ça serait très intéressant de proposer à nos élus d’organiser une activité pour relier ces deux rives avec de la poésie car tout le monde peut faire de la poésie; les enfants, les adolescents, les adultes, les personnes âgées, tous», confie M. Proulx.

Le poète, qui rêve de voir une activité de récit de poèmes à l’arrondissement, songe à proposer cette activité aux élus du secteur.

«Je suis de plus en plus animé à le faire car beaucoup de gens me disent que c’est une très bonne idée. Ça serait une façon d’unir les deux quartiers davantage, car après tout, la rivière et le fleuve, ils finissent tous les deux par rejoindre la mer, n’est-ce pas?», conclut l’artiste.

Quelques poèmes de Jean-Luc Proulx
-C’est ainsi
La poésie
Est faite de cent poèmes
Mais toujours
Du même mystère.

– Je viens de ce poème
Qui est à l’origine de tout poème
De ce mot
À l’origine de toute langue
De ce nom
À l’origine de tout nom
Je viens de l’amour
À l’origine
De toute paix
Je viens d’où je vais.

 -Chevelure noire
Soyeuse
Mèches de nuit
Jupe pêche
L’âme endort
La lumière
Et la noirceur veille
Le cœur.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!