En plein cœur du Plateau, il est possible de faire sa propre cueillette à même les arbres. Le collectif Les fruits défendus, constitués de bénévoles, a tissé un partenariat avec des propriétaires pour récolter leurs fruits. Mais l’association manque de bras.

Au lieu de laisser pourrir ses fruits dans son jardin, faute de temps pour les cueillir, Les fruits défendus propose de le faire à la place des propriétaires. «Notre but est de faciliter l’accès à ces fruits de façon éducative et agréable», peut-on lire sur le site internet.

Les paniers sont diversifiés: pommes, cerises griottes, raisins, prunes…

La semaine dernière, le groupe a ramassé 200 livres de pommes dans le verger situé derrière l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.

Les propriétaires jouent le jeu. Sur le Plateau-Mont-Royal, 45 d’entre eux autorisent la récolte dans leur jardin et huit dans le Mile-End. Rosemont et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve en comptent huit chacun.

L’organisation des cueillettes est très simple.

«Les propriétaires nous appellent pour nous donner les dates de passages. Un chef de cueillette élabore un calendrier sur le site où les participants s’inscrivent», explique Mazmus Syed, bénévole dans le groupe noyau du comité.

Malgré les 200 bénévoles inscrits dans leur liste de courriel, peu répondent présents. «Seulement une cinquantaine de personnes ont participé à une cueillette sur deux ces derniers temps», souligne M. Syed.

L’association dispose d’une remorque accrochée à un vélo. Une fois les paniers de fruits remplis, la récolte est partagée entre le propriétaire, les cueilleurs et un organisme alimentaire.

L’association Les fruits défendus a une remorque accrochée à un vélo pour la cueillette.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!