Archives/TC Media L'ancien centre de distribution de Sears pourrait devenir le principal marché de gros de fruits et légumes d'ici 2019.

L’ancien centre de distribution de Sears à Saint-Laurent pourrait être transformé en lieu d’approvisionnement de fruits et légumes. Installée depuis les années 1950 au Marché central dans Ahuntsic-Cartierville, l’Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) doit relocaliser sa Place des producteurs d’ici 2019.

Le plus important marché de gros dans l’est du Canada souhaite que ses opérations soient installées à l’intérieur d’un bâtiment fermé, alors que son espace actuel à l’intersection du boulevard l’Acadie et de l’A-40 est majoritairement extérieur et à aire ouverte.

«Notre plateforme ne répond plus à nos besoins, explique le directeur général de l’APMQ, André Plante. En nous relocalisant à l’intérieur, nous aurions davantage d’espaces réfrigérés et nos producteurs présents uniquement en saison pourraient être là à l’année.»

L’APMQ doit également faire face à un changement de pratiques. Alors que les commerçants se déplaçaient au Marché central auparavant, ils ont maintenant tendance à décrocher le téléphone et se faire livrer leurs marchandises. Quelque 80 producteurs desservent une clientèle faite de détaillants, grossistes, distributeurs, marchés et établissements publics ainsi que de restaurateurs.

Par ailleurs, l’entrepôt construit en 1988 au Marché central n’a pas connu de rénovations depuis une quinzaine d’années.

La faillite de Sears, qui force la fermeture du centre de distribution à l’angle des boulevards Thimens et Cavendish, permet un nouveau scénario pour la Place des producteurs. D’une bâtisse de 7 500 m² présentement, la Place des producteurs pourrait atteindre jusqu’à 23 000 m² dans leur nouvel emplacement.

«Nous aurions l’espace, la facilité d’accès et la polyvalence, selon la grandeur des locaux», ajoute M. Plante.

Le transfert a été approuvé à 77 % lors de la dernière assemblée générale des membres de l’APMQ. Il y a quelques années, un projet semblable à Anjou avait été rejeté aux deux tiers, car les maraîchers ne souhaitaient pas opérer dans l’est de Montréal.

Discussions
De nombreux points restent cependant à ficeler avec Montoni, le propriétaire du terrain situé à l’angle des boulevards Thimens et Cavendish, avant de confirmer un déménagement à l’automne 2019.

«Notre échéancier est serré, souligne M. Plante. Nous devions présenter un projet attaché le 15 décembre à notre propriétaire au Marché central, qui souhaite nous voir quitter la place le 30 septembre 2019 au plus tard.»

Si M. Plante espère en arriver à une entente dans les prochains jours, il doit aussi composer avec une demande de changement de zonage. Il souhaite faire de la vente au détail de fleurs en façade du marché, ce qui, pour l’instant, n’est pas permis.

«La balle est dans le camp de Montoni qui doit nous soumettre une proposition globale de redéveloppement de site», précise le porte-parole de l’arrondissement de Saint-Laurent, Paul Lanctôt.

Si les négociations ne s’avérèrent pas concluantes, l’APMQ devra trouver un autre site dans un rayon de 15 kilomètres autour du Marché central de Montréal.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!