Le jeune Léonardois Nicola Bruna est finaliste canadien pour un championnat de hockey qui s’amorce le 19 juin prochain à Las Vegas. Non, il ne foulera pas la glace en patin. C’est plutôt avec une manette à la main qu’il va se mesurer aux meilleurs du monde au jeu NHL 18. Incursion dans une profession qui grandit à vue d’œil.

Nicola a été sélectionné le 11 mai dernier pour être parmi les finalistes canadiens qui allaient être au NHL Gaming World Championship. Il s’était rendu à Toronto pour jouer contre les meilleurs joueurs canadiens. C’est sans embûche qu’il a remporté le tournoi et du même coup son billet pour Las Vegas. Grâce à cette victoire, Nicola a également été recruté pour jouer au sein de l’équipe canadienne SetToDestroyX.

Lui et l’autre finaliste canadien se joindront à deux représentants européens et deux Américains qui seront également du tournoi. Pas moins de 50 000$ sont en jeu. «J’ai accompli quelque chose que je ne pensais pas que je pouvais faire. Juste de réaliser que tu es un des meilleurs à quelque chose, ça peut être n’importe quoi, juste être un des meilleurs, c’est vraiment le fun », affirme le jeune homme de 23 ans.

 

Pour atteindre ce niveau, Nicola a évidemment trimé dur. Au cours des neuf dernières années, il a passé en moyenne de 5 à 6 heures par jour devant son écran. Travaillant actuellement à temps plein dans une banque, il joue entre deux et trois heures quotidiennement.

Le Léonardois a également fait ses preuves en remportant de nombreuses compétitions régionales. Sa première, qui se tenait à la Place Bonaventure, restera graver dans sa mémoire. « J’étais plus nerveux pour celle-là que pour celle de Toronto, décrit Nicola, sourire en coin. Depuis 2014, j’ai commencé à faire de la compétition à Montréal. Je m’en allais dans des tournois et en gagnant souvent je me suis dit que j’étais peut-être plus fort que je pensais. »

«Pour être bon, il faut que tu acceptes la défaite. Je jouais souvent contre des gens plus forts que moi et je perdais et ça ne me dérangeait pas de juste devenir meilleur », Nicola Bruna

C’est d’ailleurs pendant ce tournoi que sa mère, Martine, a réalisé le potentiel de son fils et d’une profession en pleine ascension, alors que l’évènement avait attiré une foule considérable. «J’ai passé deux jours avec lui, et j’ai compris que c’était la nouvelle ère. Ma vision a changé », indique-t-elle.

D’emblée, Martine admet s’être inquiétée pour son fils qui passait toutes ces heures à jouer, l’encourageant à sortir, avoir une vie sociale. Aujourd’hui, elle tient un tout autre discours. « Je regrette assez d’y avoir dit « Ok là, ça va faire, sors de ta chambre ». Maintenant, j’y dis: « qu’est-ce que tu fais, va jouer » », blague-t-elle.

Une carrière envisageable
Nicola n’écarte pas la possibilité de faire carrière dans le domaine des jeux vidéo. Son parcours dépendra de la progression de la popularité du jeu NHL, qui offre une nouvelle édition chaque année. « Si NHL continue de donner des tournois avec des gros prix comme ça, il va y avoir plus de monde qui va s’intéresser à jouer au jeu, estime-t-il. Si c’est le cas et qu’il y a beaucoup plus de tournois et de gens qui vont les regarder à la télévision, je pourrais faire une carrière avec cela. »

Bien qu’il cumule les victoires régulièrement, Nicola n’a pas peur de la défaite. « Je suis habitué de perdre. Pour être bon, il faut que tu acceptes la défaite, tranche-t-il. Je jouais souvent contre des gens plus forts que moi et je perdais et ça ne me dérangeait pas de juste devenir meilleur. »

Le jeune Léonardois ne sait pas exactement ce qu’il fera du 50 000$, s’il parvient à l’emporter. Une chose est sûre, il compte en profiter pour permettre à sa famille de savourer pleinement leur voyage dans la capitale mondiale du jeu.

En plus de cette enveloppe, il recevrait un trophée et pourrait assister à la Cérémonie de remise des trophées de la LNH.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!