On ignore pour le moment ce qu’il adviendra des vestiges du Village des Tanneries découverts en mai sous l’échangeur Turcot. Mais afin d’en conserver tous les détails, les archéologues procéderont à la numérisation 3D de l’ensemble du site.

Le travail, qui sera effectué au cours des prochaines semaines, ne prendra que quelques jours, précise Frank Rochefort, archéologue au ministère des Transports du Québec (MTQ). La grande quantité d’images qui seront enregistrées avec une caméra laser très haute définition permettra de reconstituer une copie virtuelle conforme au réel. Cette reconstitution pourrait notamment être utilisée par les musées.

C’est rien de moins que les origines de Saint-Henri qui ont été mises au jour lors des travaux d’excavation du chantier Turcot avec la découverte de vestiges de l’ancien Village des Tanneries faite à l’angle des rues Saint-Jacques et Saint-Rémi.

Les fouilles auxquelles les archéologues de la firme Patrimoine Experts procèdent pour le compte du MTQ ont permis de dégager jusqu’à maintenant les fondations de 13 bâtiments datant des 18e et 19e siècle.

«L’ancien Village des Tanneries est à l’origine de Saint-Henri, rappelle Guy Giasson, président de la Société historique de Saint-Henri. C’est majeur comme découverte. On se doutait que c’était là, mais nous n’avions pas de preuves.»

Bon état de conservation
TC Media a eu droit à une visite du site. Frank Rochefort nous guide à travers les fondations des bâtiments qui dormaient sous près de 2,5 mètres de terre.

À droite, on voit très bien les contours de ce qui a été une grande maison ou peut-être même un commerce. À gauche, on discerne clairement une canalisation qui servait à dévier le ruisseau Glen pour les besoins des tanneurs. «Nous sommes surpris de voir le bon état de conservation des fondations», confie Frank Rochefort.

Les plus anciens vestiges, qui dateraient des années 1700, sont ceux d’un atelier de tannerie où l’on pratiquait les métiers du cuir. Les archéologues ont découvert deux cuves en bois utilisées pour le traitement des peaux. L’une est en bon état et pourrait être conservée. Des poils ont été trouvés dans les cuves. Leur analyse permettra d’en apprendre davantage sur les peaux qui étaient traitées, mentionne Yanik Blouin, archéologue chez Patrimoine Experts.

Découverte d’objets
Les archéologues ont aussi trouvé de nombreux objets sur le site: des outils pour le travail des peaux, des bouteilles, des pièces de vaisselle et autres articles de la vie de tous les jours.

Archéologue propriétaire de Patrimoine Experts et coordonnatrice des fouilles, Josée Villeneuve sort d’une caisse d’artefacts une minuscule soucoupe en parfait état décorée de motifs orientaux. Elle en tire aussi le fragment d’un bénitier qui nous montre deux anges, mains jointes.

Tous ces objets prennent le chemin du laboratoire pour être nettoyés, analysés et inventoriés. «Il seront conservés à la réserve archéologique du ministère de la Culture à Québec», précise Frank Rochefort. Ils pourraient un jour être exposés.

Pour la Société historique de Saint-Henri, il importe que la présence des vestiges du village soit soulignée. «Nous allons faire des représentations pour qu’il y sait une commémoration visuelle à cet endroit», indique Guy Giasson.

Il est trop tôt pour dire si les recherches archéologiques qui se poursuivent jusqu’en août entraîneront un retard du chantier Turcot. Pour l’instant les travaux sont suspendus dans le secteur des fouilles. «L’entrepreneur concentre ses efforts dans une autre zone du chantier», indique Martin Girard, porte-parole du MTQ.

Naissance de Saint-Henri
La première tannerie a été ouverte en 1685 à proximité de la falaise Saint-Jacques, en bordure du ruisseau Glen qui se jetait dans le lac à la Loutre aujourd’hui complètement disparu sous la cour Turcot.

Au milieu des années 1700, on comptait à cet endroit huit tanneries. Elles s’installaient loin de la ville pour limiter la diffusion des fortes odeurs causées par le traitement des peaux et du cuir.

Un petit village a commencé à prendre forme et à grossir. En 1781, on dénombrait 11 maisons, là où l’échangeur Turcot surplombe aujourd’hui la rue Saint-Jacques.

«En 1810, on construit une chapelle et une école à l’angle des rues Saint-Jacques et De Courcelle», signale Guy Giasson. C’est à ce moment que le village prend le nom de Saint-Henri.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!