Andréanne Moreau/TC Media Le commandant Jean Chartrand remplace Pierre Liboiron, qui a quitté en janvier pour le poste de quartier 44, dans Rosemont.

Le poste de quartier (PDQ) 16 a, depuis deux semaines, un nouveau commandant qui arrive tout droit de 15 mois de mission en Haïti pour les Nations Unies. Cette expérience unique a beaucoup changé la façon dont Jean Chartrand voit son métier, et même la vie en général.

Chargé de la formation et du développement des services policiers haïtiens, M. Chartrand a travaillé avec des collègues de diverses nationalités  presque chaque jour. Ces rencontres ont nourri sa curiosité envers les différentes cultures et son envie de voyager. Il a d’ailleurs été invité à résider chez plusieurs d’entre eux s’il visite un jour leur pays.

«À force de discuter on réalise que, peu importe d’où on vient, on est tous humains, d’abord et avant tout. On tient tous à offrir une belle vie à nos enfants, on partage les mêmes envies, les mêmes rêves. Je me rends compte que, maintenant, quand je rencontre quelqu’un, je vois l’individu, pas la nationalité», confie le policier de 26 ans d’expérience.

Son fils lui a beaucoup manqué pendant cette longue absence.

Ces 15 mois passés loin de la maison lui ont donné un regard neuf sur les services policiers montréalais, particulièrement sur la chance qu’ont les agents d’être en sécurité et si bien équipés.

«Ça prend beaucoup de courage quand même, de la part des Haïtiens, pour faire ce métier. Il y a environ 35 policiers par année qui meurent dans leur pays. Et puis, ils n’ont que leur arme pour se protéger. Les gilets pare-balle sont en quantité très limitée», explique M. Chartrand.

Priorités
En premier lieu, le commandant veut se concentrer sur la visibilité de ses agents, qui seront encore cette année quelques-uns à patrouiller à vélo l’arrondissement.

«Quand j’ai demandé des volontaires, plusieurs se sont tout de suite proposés. Le personnel est vraiment très impliqué», commente M. Chartrand impressionné par l’équipe du PDQ 16.

Leur présence auprès des jeunes, dans les écoles, fait aussi partie de cette stratégie, en plus de la circulation, alors que les zones les plus problématiques pour la sécurité seront ciblées.

Par exemple, à la suite de l’accident impliquant un enfant le 10 avril à L’Île-des-Sœurs, la présence policière a été accrue à l’intersection de la rue Berlioz et du boulevard René-Lévesque. D’ailleurs, depuis lundi, de nombreux constats d’infraction ont été émis aux conducteurs imprudents.

Quant aux vols dans les voitures, deux hommes ont été arrêtés le 31 mars au coin des rues Hickson et Cool. Le commandant souligne toutefois qu’il est crucial que les citoyens barrent les portes de leurs véhicules. Il met aussi l’emphase sur la déclaration des méfaits pour mener des opérations dans les secteurs visés par les voleurs.

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus