Nicolas Ledain / TC Media Les élus Nathalie Pierre-Antoine et Frantz Benjamin ont animé cette rencontre de la communauté avec Marjorie Villefranche de la Maison d'Haïti.

Une dizaine d’organismes et des élus issus de la communauté haïtienne se sont rassemblés pour coordonner leurs actions face à l’afflux de demandeurs d’asile à la frontière avec les États-Unis. Ils réclament une réponse des autorités.

«À situation particulière, demande réponse particulière», a lancé Frantz Benjamin lors d’une conférence de presse consécutive à cette réunion convoquée ce jeudi à la Maison d’Haïti.

Le conseiller du district Saint-Michel et président du conseil de ville a d’abord invité les autorités canadiennes à faire entendre leur voix face à l’administration Trump qui menace de ne pas renouveler les statuts de protection temporaire de 58 000 Haïtiens accueillis après le tremblement de terre de 2010. Frantz Benjamin a ensuite réclamé que ces demandes d’asile soient traitées avec «dignité, respect et célérité» au Canada.

«Il ne faut pas que l’incertitude dure trop longtemps (…) il y a des personnes qui peuvent profiter de la vulnérabilité de ces personnes. C’est important d’assumer notre responsabilité, une responsabilité partagée avec les gouvernements canadien et québécois», a estimé M. Benjamin.

Lors de cette rencontre, les représentants des organismes communautaires ont essayé de se rassembler dans un message commun pour gérer au mieux cette situation. L’objectif est de présenter les ressources disponibles aux centaines de demandeurs d’asile qui passent la frontière chaque mois et de les orienter vers les différents services proposés. Un comité rassemblant les représentants de ces organismes a aussi été formé pour assurer l’intégration des réfugiés dans les prochaines semaines et pour soutenir les différentes initiatives au sein de la communauté.

Par ailleurs, Frantz Benjamin a annoncé qu’une campagne d’information allait être lancée pour contrer la diffusion de fausses informations sur l’immigration au Canada. De nombreux messages circulent sur les réseaux sociaux et présentent le pays comme une terre d’asile où les démarches administratives sont faciles.

«Tous ces gens doivent passer par les lois et les règles du Canada. Cela fait 8-9 semaines qu’on constate cette augmentation et que nous sommes à pied d’œuvre. (…) Il ne faut pas continuer à faire croire que tout est bien, on va passer par des situations qui ne seront pas faciles», a indiqué Marjorie Villefranche, la directrice générale de la Maison d’Haïti, qui a néanmoins refusé de parler de crise, évoquant plutôt un « pic » du nombre de demandeurs d’asile.

Une mobilisation à Rivière-des-Prairies
En plus du Stade olympique, environ 250 demandeurs sont hébergés dans les locaux de l’organisme de services sociaux pour la jeunesse Boscoville à Rivière-des-Prairies. L’arrondissement a déjà mis à disposition les vestiaires du plateau sportif pour permettre à ces personnes de bénéficier de lieux pour se changer et pour se laver. Ils seront aussi orientés vers la bibliothèque pour bénéficier d’un accès à internet et réaliser leurs démarches.

«Montréal est une ville sanctuaire et dans le cadre de cette promesse du maire Denis Coderre, il est essentiel que ces personnes aient accès à tous ces services», a indiqué Nathalie Pierre-Antoine, conseillère d’arrondissement de Rivière-des-Prairies.

Le Centre communautaire Multi-Ethnique de Montréal-Nord, en compagnie de plusieurs autres organismes, a entrepris d’aller à la rencontre de ces personnes pour les accompagner dans leurs démarches.

«Avec l’aide de Montréal-Nord, nous sommes en train de voir les solutions que l’on peut proposer. L’urgence est de répondre au besoin de logements», a précisé Guillaume André, le directeur de cet organisme.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!